L’essor des vidéos 360° – 4) Les catalogues de films s’étoffent et les expériences de tournage se multiplient – Usage n°8 : Les fictions

Déjà publiés :

❧❧❧

Usage n°8 : Réaliser des fictions

Créer des films de fiction avec la technologie de la vidéo à 360° ? Si le challenge semble en faire rêver plus d’un, le défi reste encore largement inexploré. L’un des premiers exemples que je connaisse dans un domaine assez proche est le prototype de fiction dessinée intitulé IDNA, conçu par le studio graphique suisse Apelab et produit par HEAD Genève (Haute Ecole d’Art et de Design) :

 

Le projet est remarquable mais il s’agit de dessin et non de vidéo. On retrouve aussi d’autres exemples de fictions narratives dans des univers en 3D, de la même manière que l’on trouve des exemples de reconstitution d’événements réels en 3D.

Mais qu’en est-il pour les films de fiction ? L’un des rares exemples que j’ai trouvé est l’oeuvre de Google ATAP (Google’s Advanced Technology and Projects group), le laboratoire de recherche avancée de Google, fortement mis en avant lors du dernier Google I/O.  La fiction s’appelle Help. C’est un film d’action de 5 mn réalisé en collaboration avec le studio The Mill et le réalisateur Justin Lin. Le film est distribué via l’application Android Google’s Spotlight Stories.

 

A lire sur le sujet :

 

Usage n°9 : Enfin, il y a aussi la pornographie…

Evidemment, le panorama n’aurait pas été complet sans évoquer l’industrie du porno, dont on peut comprendre l’intérêt pour cette technologie visuelle à la fois individuelle et ultra immersive. Ce secteur s’est donc emparé très tôt de cette technologie, dans laquelle il voit des espoirs de profits importants. A tel point qu’Oculus a dû se positionner sur le sujet suite à l’annonce récente de la création de son futur store dédié aux applications de réalité virtuelle. La filiale de Facebook a donc annoncé que les applications à connotation sexuelle n’auraient pas de place dans son catalogue.

Voilà, mon panorama et ma série d’articles consacrés à la vidéo immersive s’arrête là. Je reviendrai cependant certainement sur ce sujet bientôt.

 

L’essor des vidéos 360° – 4) Les catalogues de films s’étoffent et les expériences de tournage se multiplient – Usage n°7 : Les documentaires

Déjà publiés :

❧❧❧

Usage n°7 : Réaliser des documentaires (journalisme et activisme)

L’impact créé par la vidéo immersive amène les journalistes et les réalisateurs de documentaires à explorer ce nouveau média.

De plus en plus d’articles sont d’ailleurs consacrés à son potentiel impact sur le journalisme et les documentaires :

Dans les faits, qu’en est-il des réalisations dans ce domaine ?

Elles sont assez récentes, mais on constate un réel engouement. L’un des premiers exemples que j’ai identifié est le documentaire Zero Point, sorti en fin d’année dernière. Comme souvent dans ces cas là, le documentaire est assez tautologique puisqu’il parle… de réalité virtuelle !!

Comme l’indique le site web Aruco, « Zero Point traite du sujet de la réalité virtuelle, de ses bienfaits mais aussi de ses dérives. Pourrait-on perdre la notion du réel..? oublier ce qui est virtuel de ce qui ne l’est pas…? » D’une durée de 20 mn, le film a été tourné par Danfung Dennis, déjà réalisateur d’un documentaire très remarqué sur la guerre en Afghanistan : Hell and Back Again. Danfung Dennis est également à la tête de la société Condition One, spécialisée dans la réalisation de films pour casques de réalité virtuelle. Pour les heureux possesseurs d’un Oculus Rift, le film est en vente en ligne. Pour les autres, voici la bande-annonce :

 

La vidéo ci-dessous montre également plusieurs extraits du documentaire :

 

A lire sur le sujet :

Quelques semaines après Zero Point, la chaîne franco-allemande Arte proposait à son tour un documentaire de 30 mn entièrement tourné en vidéo 360°. Proposé en marge de la diffusion à l’antenne du documentaire Polar Sea : le passage du nord-ouest, le film Polar Sea 360° est visionnable en ligne ou sur casque de réalité virtuelle, via l’application dédiée Android/iOS d’Arte. Le film a été conçu et réalisé par Thomas Wallner, de la société Deep 360 Inc., dont j’ai déjà parlé dans un précédent article de cette série. Pour le tournage, il a utilisé un module de six caméras GoPro et un logiciel d’assemblage d’images fait maison. L’expérience de visionnage est vraiment saisissante.

Les équipes de Deep 360 Inc. pendant le tournage du documentaire Polar Sea 360.

Les équipes de Deep 360 Inc. pendant le tournage du documentaire Polar Sea 360.

A l’image de Thomas Wallner, de Deep 360 Inc., Chris Milk, de VRSE.works, est également à l’origine de plusieurs documentaires immersifs remarqués.

Je citerai tout d’abord le reportage que lui a commandé le New York Times en avril de cette année, en parallèle d’une autre commande du journal auprès de l’artiste français JR. Ce dernier a installé un collage géant sur un trottoir de Manhattan, à New York. Il a ensuite photographié le collage depuis un hélicoptère. Le cliché a ensuite été utilisé pour faire la une du New York Times Magazine (cf. ci-dessous)

La Une du New York Times Magazine avec le collage géant de JR.

La Une du New York Times Magazine avec le collage géant de JR.

Chris Milk a donc suivi JR pendant la réalisation de cette installation et en a fait un film en vidéo immersive intitulé Walking New York. Le film est visualisable sur Google Cardboard ou Samsung Gear VR via l’application dédiée de VRSE.

Une scène du film en VR de Chris Milk Walking New York

Une scène du film en VR de Chris Milk Walking New York.

A lire sur le sujet :

Quelques semaines plus tôt, Chris Milk avait présenté Clouds over Sidra, un film en vidéo immersive réalisé pour les Nations Unies, en partenariat avec Samsung. Le film a été présenté le 21 janvier au forum économique de Davos pour sensibiliser les puissants de la planète au sort des réfugiés syriens. Le film suit une jeune fille de 12 ans dans un camp de réfugiés en Jordanie. Comme Walking New York, il est visionnable via l’application de VRSE.

Le film Clouds over Sidra, pendant une séance de visionnage, à Davos (Photo: Socrates Kakoulides).

Le film Clouds over Sidra, pendant une séance de visionnage, à Davos (Photo: Socrates Kakoulides).

On voit avec cet exemple, comme avec Polar Sea, que la vidéo immersive est ici utilisée pour sensibiliser et influencer, tout autant que pour simplement informer.

A lire sur ce sujet :

Voilà pour cet usage. Le prochain et dernier volet de cette série sera consacré aux fictions et… à la pornographie, qui s’est évidemment emparé elle aussi de ce média.

L’essor des vidéos 360° – 4) Les catalogues de films s’étoffent et les expériences de tournage se multiplient – Usage n°6 : Les coulisses des marques

Déjà publiés :

❧❧❧

Usage n°6 : Faire découvrir aux spectateurs les coulisses d’une marque.

J’ai déjà consacré plusieurs articles à l’usage de la vidéo pour la découverte des coulisses d’une marque :

Je n’y avais jamais traité de vidéo 360°. Mais une très belle campagne récente m’en donne l’occasion. Digitas LBi vient en effet de mettre au point pour Dior un dispositif intitulé Dior Eyes, qui repose notamment sur un casque de réalité virtuelle fabriqué de toutes pièces par l’agence digitale pour la maison de luxe ! Le casque a été conçu et fabriqué en moins de 3 mois de R&D, prototypage et fabrication par impression 3D ! Si j’en crois le communiqué de presse, le casque « embarque un écran de haute densité (515 ppp) offrant une résolution d’image 2K très peu pixélisée associée à un FOV (Field of Vision) de près de 100°, parmi les meilleurs du marché. » Le tout « complété par un son audio holophonique capté en live à 360° grâce à un micro binaural recréant à la perfection une sensation sonore « spatiale et enveloppante », au gré des mouvements de l’utilisateur. » Au-delà de ses performances techniques, le casque se devait par son design d’être à la hauteur de la réputation de la marque.

Du côté du contenu, le casque plonge les clients de Dior dans les coulisses du dernier défilé de prêt-à-porter de la marque, pendant la séance de maquillage.

Les casques sont destinés à être utilisés dans les boutiques Dior dans le monde, pour proposer aux clients une expérience inédite et privilégiée d’immersion dans les coulisses de la marque.

Le prochain volet de cette série sera consacré aux documentaires tournés en vidéo 360°.

L’essor des vidéos 360° – 4) Les catalogues de films s’étoffent et les expériences de tournage se multiplient – Usage n°5 : Découvrir un produit

Déjà publiés :

❧❧❧

Usage n°5 : Faire découvrir aux spectateurs les coulisses d’un produit.

J’illustrerai cet usage avec l’exemple de l’automobile. La voiture a cet avantage d’être à la fois un produit que l’on utilise, mais aussi un lieu que l’on fréquente, et par ailleurs un moyen de transport qui nous emmène dans de nombreux lieux du globe. Autant d’arguments pour en faire un objet idéal de vidéos 360° : on peut tantôt y visiter ce « produit-lieu » qu’est la voiture, tantôt l’utiliser pour visiter toutes sortes de paysages.

Dès 2010, dans l’une des premières expériences de ce genre pour le secteur automobile, Renault réalise le mix parfait entre ces deux aspirations. Pour la promotion de son nouveau modèle d’Espace, renault veut valoriser la grande surface vitrée du véhicule. La marque lance alors, avec l’agence Marcel, une application iPhone-iPad qui permet de découvrir 10 paysages différents depuis l’intérieur du véhicule. En déplaçant le smartphone ou la tablette, on découvre autant l’intérieur du véhicule que le paysage au-dehors.

Les vidéos 360° ont été réalisées par la société française Digital Immersion, qui en propose aujourd’hui encore un extrait sur son site web.

En 2013, c’est au tour de BMW de s’essayer au genre pour la promotion de son modèle BMW i3 Electric Car. La marque propose alors un film 360° interactif consultable via une application iPhone et Android.

 

Enfin, Volvo est sans doute l’une des marques auto qui a le plus utilisé la vidéo à 360°. On la retrouve tout d’abord en 2013 dans un site de promotion d’un de ses modèles de poids lourds, le Volvo FL, doté lui-même d’une technologie de vidéo 360° pour détecter les dangers et mieux manoeuvrer. Le site TheChase360.com plonge donc le spectateur au coeur d’une course de taureaux en Espagne, avec plusieurs vidéos prenant autant de points de vue différents, dont une vidéo 360° embarquée sur le camion.

On la retrouve ensuite en 2014 avec la campagne Volvo Reality, qui reprend le même concept que l’application iPad de promotion du Renault Espace de 2010, mais adaptée cette fois-ci au Google Cardboard. Le dispositif comprend donc un casque Cardboard brandé Volvo Reality et une application Android & iOS qui diffuse les vidéos par épisodes, chaque épisode permettant de découvrir une facette différente du véhicule dans un environnement différent. La campagne a été développée par l’agence R/GA et les studios Framestore.

 

Le prochain article de cette série sera consacré à la découverte des coulisses des marques.

L’essor des vidéos 360° – 4) Les catalogues de films s’étoffent et les expériences de tournage se multiplient – Usage n°4 : Le tourisme

Déjà publiés :

Usage n°4 : Faire de la promotion touristique.

Les destinations touristiques sont évidemment très intéressées par la vidéo 360°, qui apparaît comme un moyen unique de promouvoir leurs sites, par ses qualités d’immersion et d’ubiquité. De nombreux articles ont soulevé cette opportunité :

Voici maintenant quelques exemples d’utilisations.

Sur son site web, l’Ile de la Réunion propose aux internautes de découvrir ses paysages à travers plusieurs vidéos 360°. Elles sont également consultables via l’application Android Reunion Island VR, qui permet un visionnage via Google Cardboard.

L'application Reunion Island VR permet un visionnage sur Google Cardboard.

L’application Reunion Island VR permet un visionnage sur Google Cardboard.

L’office de tourisme de Malaisie propose une expérience similaire sur son site web.

Même chose sur le site MySwitzerland.com pour la visite en vidéo immersive du Jardin Anglais de Genève.

France montagnes, l’association de promotion touristique de la montagne en France propose elle aussi plusieurs vidéos 360° sur sont site web.

Le Conseil Général du Val d’Oise a également réalisé des vidéos 360° visionnables sur casques Oculus Rift.

 

L’office de tourisme d’Afrique du Sud a également mené une campagne récemment à Londres où il proposait aux passants, dans plusieurs lieux de la capitale, une expérience auditive et visuelle avec des casques Oculus Rift. Le projet a été conduit par la société spécialisée Visualise :

 

Sur le site Visit Norway, l’Office de tourisme de Norvège propose une vidéo 360° d’un saut en Wingsuit. On pourrait aussi classer cette vidéo parmi les usages n°1 : « film d’expérience sportive » vue précédemment.

Enfin, la région canadienne de Colombie Britannique a également réalisé un film en vidéo immersive interactive pour la promotion de son territoire :

 

Autre acteur particulièrement intéressé par ce média : les compagnies aériennes. Il y a de nombreuses raisons à cela. Tout d’abord, comme les destinations elles-mêmes, elles ont intérêt à donner envie de se rendre sur place. Mais elles ont aussi une particularité très intéressante dans la mesure où elles tiennent les passagers « captifs » pendant un long moment, celui du vol. Ce moment est particulièrement propice pour leur proposer des expériences distrayantes. C’est ce qu’on appelle l’IFE (In-Flight Entertainment), dont on connaît essentiellement les films, la musique, etc. Or, la réalité virtuelle apparaît comme un média particulièrement adapté à ces circonstances. Aussi les expériences commencent-elles à se multiplier dans ce secteur.

Dernière en date : en janvier 2015, la compagnie australienne Qantas a proposé à ses passagers de première classe des vols Los Angeles-Sydney et Melbourne-Los Angeles de visionner différents films 360° sur un casque Samsung Gear VR via une application Android dédiée. Les films ont été réalisés par Jaunt VR. Depuis, les vols concernés auraient été élargis suite aux retours positifs des passagers.

Qantas expérimente le visionnage de films immersifs sur Sansung Gear VR pendant certains vols.

Qantas expérimente le visionnage de films immersifs sur Sansung Gear VR pendant certains vols.

Le prochain chapitre de cette série sera consacré à la découverte des produits.