Eric Seulliet : « L’open innovation se professionnalise dans les entreprises. Les labs d’innovation en sont l’illustration. »

Mardi prochain, 17 novembre, aura lieu la deuxième édition de l’Innovation Ecosystem Agora (IEA), au Pôle Léonard de Vinci de La Défense (Paris). Cette édition sera dédiée aux laboratoires d’innovation d’entreprises, les fameux Innovation Labs. J’ai rencontré récemment Eric Seulliet, l’organisateur de l’événement, qui a bien voulu m’accorder une interview sur cet événement.

Eric Seulliet

Eric Seulliet

Bonjour Eric. Peux-tu te présenter rapidement : ton parcours et tes activités actuelles ?

Je travaille dans l’innovation depuis une quinzaine d’années, après avoir démarré dans le marketing. Il y a 10 ans, j’ai créé un think tank, La Fabrique du futur, qui travaille sur tout ce qui est co-innovation, co-design, innovation collaborative, etc. C’est en vogue aujourd’hui, mais quand on a commencé, on était dans l’évangélisation. L’idée clé, c’est : comment co-créer ensemble ? En 2008, La Fabrique du Futur a été labellisée living lab européen. On fait partie du réseau ENoLL (European Network of Living Labs). En 2012, on a créé France Living Labs, le réseau français des livings labs, dont je suis vice-président. Il y a 2 ans, j’ai lancé le DIL (Discovery Innovation Lab), qui a vocation à être un do-tank (en complément de l’aspect think tank de La Fabrique du Futur), pour accompagner les entreprises, les grands groupes ou les startups dans leurs démarches d’innovation, depuis la phase de veille, d’idéation, puis de prototypage et d’expérimentation, jusqu’à la mise sur le marché (1).

En 2014, tu as créé l’Innovation Ecosystem Agora (IEA). Peux-tu nous décrire cet événement ?

J’ai fait le constat qu’il y avait beaucoup de dispositifs d’innovation et d’entrepreneuriat qui émergeaient partout : living labs, fab labs, incubateurs, accélérateurs, techshops, etc. Chaque semaine, il y en avait un nouveau. Le problème, c’est que ces labs se créaient souvent en silos, en s’ignorant, voire en concurrence plutôt qu’en coopération. Or, un lab isolé n’a pas grand sens en soi. Ces dispositifs doivent s’interconnecter, être reliés en écosystèmes. Et être multifacettes, polymorphes ! De là est née l’Innovation Ecosystem Agora : une journée de conférences et d’échanges pour que tous les acteurs de l’innovation se rencontrent, fassent connaissance et échangent entre eux.

Sur la scène de l'IEA 2014.

Sur la scène de l’IEA 2014.

Le 17 novembre prochain, aura lieu l’édition 2015. Peux-tu nous la présenter ?

Alors que l’édition 2014 portait sur tous les écosystèmes d’innovation, cette édition 2015 se focalise sur les labs d’innovation. On a constaté en effet que l’année 2014-2015 avait vu la création de multiples labs d’innovation dans les grands groupes. On a donc décidé d’en faire le sujet de l’édition 2015. Par ailleurs, on a initié une étude sur le sujet. D’autres organismes l’ont fait également. On les a donc invités à présenter les résultats de leurs études. La journée commencera par une table ronde qui va poser la problématique globale des labs d’innovation. On va dresser un panorama des labs d’innovation en France (et également dans le monde, grâce à une étude réalisée par Capgemini sur ce sujet). Il y aura ensuite des ateliers pour creuser des thèmes particuliers : outils et méthodes, les lieux des labs, les talents et compétences nécessaires, etc. Enfin, on terminera par une plénière qui restituera les résultats des ateliers. Il y aura aussi une session de « Labs speed meetings » pour que les acteurs des labs et leurs partenaires se rencontrent.

Dans les allées de l'IEA 2014

Dans les allées de l’IEA 2014

A l’occasion de cet événement, le DIL va présenter les résultats d’une étude que vous menez depuis de longs mois sur les nouvelles formes d’innovation ouverte (dont les labs d’innovation font partie). Peux-tu nous présenter les principaux enseignements de cette étude ?

Je dirai que l’open innovation commence à s’organiser dans les entreprises. Alors qu’auparavant ces démarches donnaient lieu à des initiatives très foisonnantes et assez dispersées, actuellement, l’open innovation d’une certaine manière se professionnalise. Les labs sont justement l’illustration d’une open innovation davantage organisée. Les lieux sont conçus spécifiquement pour favoriser la collaboration et la créativité, ils accueillent des équipements spécifiques, on y expérimente des méthodes et des outils avancés, le management dans ces labs est lui-même innovant, on y est attentif à la création de valeur que ces dispositifs génèrent…

Selon toi, comment évoluent les laboratoires d’innovation d’entreprise dans le contexte de la transformation digitale de ces dernières ? Jouent-ils un rôle de plus en plus important dans ce contexte ?

Oui, c’est certain. D’une part, les labs contribuent à cette transformation digitale car ils s’appuient beaucoup sur le digital, utilisent des plateformes virtuelles pour aider à la co-création, à la co-conception… Un domaine en fort développement sera sans conteste celui de la réalité virtuelle et de la 3D. Ces technologies qui peuvent servir à faire du prototypage, de la simulation de situations et comportements seront sans nul doute au cœur d’une nouvelle génération de labs d’innovation et fablabs, plus avancés et plus connectés. De par leur effet d’exemplarité et d’entrainement, ces labs high tech contribueront bien évidemment à la transformation digitale des composantes plus traditionnelles des organisations.

J’ai l’impression que les labs d’innovation d’entreprise peuvent prendre de nombreuses configurations. Pourrais-tu dresser une typologie des différents types de labs d’innovation ? ou nous indiquer des tendances ?

Dans le cadre de l’étude, on a fait un mapping des labs. Derrière le mot « lab » on peut mettre beaucoup de choses : un fablab interne, un incubateur, une plateforme de co-design, un plateau de créativité… On peut aussi les classer suivant les objectifs qu’ils poursuivent : tantôt servir les objectifs du core business en optimisant l’innovation dans l’entreprise, tantôt explorer de nouveaux domaines et faire de l’innovation de rupture. Il y a aussi des labs davantage tournés vers l’interne, pour par exemple acculturer les employés à l’innovation et développer leur côté entrepreneurial et créatif.

En quoi différent-ils des cellules de R&D ?

La R&D est en amont. Tandis que labs sont plus tournés vers l’innovation et ses débouchés concrets sur les marchés. Ils agissent aussi plus dans un esprit d’open innovation au lieu d’être fermés dans l’entreprise. L’idée clé, c’est qu’ils font de l’innovation tournée vers les usages et les usagers et pas de la recherche technologique pure.

J’imagine que tu dois bien connaître un certain nombre d’entre eux. Quels sont ceux qui t’impressionnent le plus ? Aurais-tu des exemples de labs d’innovation dont tu trouves la démarche et les résultats particulièrement intéressants ?

De manière assez subjective, j’aime bien la démarche du i-Lab d’Air Liquide. Il a un côté polymorphe (fablab, relation start-up, etc.) et me paraît assez mature. En ce sens, il est assez exemplaire.

Il y a aussi des initiatives très intéressantes chez Leroy-Merlin avec leur Techshop, chez Dassault Systèmes avec le 3D User Experience Lab ou encore Alive, le nouvel environnement dédié à l’innovation de Décathlon.

Dans les locaux d'Alive, le Lab d'innovation de Decathlon

Dans les locaux d’Alive, le Lab d’innovation de Decathlon

Les labs d’innovation sont-ils réservés aux grandes entreprises ? Peut-on en créer et en animer dans une PME ou une ETI ?

Pour les ETI, c’est évident ! Thuasne est un bon exemple d’ETI qui vient de créer un lab. Ils devraient d’ailleurs être présents le 17 nov. à l’IEA. Concernant les PME, elles n’ont ni les mêmes besoins ni les mêmes moyens que les ETI ou les grands groupes. Une PME est par exemple plus en contact avec le terrain, dont elle se nourrit pour innover. Elle peut aussi utiliser d’autres solutions, tels que des labs externalisés, par exemple des fablabs indépendants ou des techshops comme Usine io. Il y a aussi des sociétés comme Axandus, qui mettent leurs capacités de prototypage industriel à la disposition des PME et des startups. Il y a aussi des pôles de compétitivité qui créent des labs. Par exemple, le pôle de compétitivité des industries du commerce à Lille a créé le SiLab (Shopping Innovation Lab), pour inventer le commerce du futur. Il y a aussi des universités qui en créent. Des collectivités territoriales également. Bref, tout un écosystème sur lequel les PME peuvent s’appuyer.

Quels conseils donnerais-tu à une entreprise qui voudrait créer un lab d’innovation ?

Le plus important c’est de savoir pourquoi on le crée. Il faut avoir des idées claires sur la stratégie et ne pas simplement céder à une tendance de mode. Manifestement certains labs se sont créés avant tout pour des raisons de communication. Il faut aussi réfléchir aux moyens à mobiliser pour les créer, car il y a une vraie exigence de moyens. On peut cependant mutualiser ces moyens : il faut alors réfléchir avec qui et comment.

Un lab d’innovation doit-il être isolé du reste de l’entreprise ou impliquer tout le monde ?

En fait, les 2 à la fois ! D’une part, il faut une équipe porteuse du lab, avec un leader très impliqué. Le profil de ces managers de labs est très important. Ce sont des profils souvent atypiques de gens qui pratiquent la transversalité. Et qui sont créatifs. D’autre part, il ne faut pas que le lab soit un électron totalement libre. Il doit être autonome mais pas complètement indépendant, sinon il ne profitera pas au reste de l’organisation. Il faut donc créer des passerelles avec le reste des métiers. Les labs peuvent aussi expérimenter de nouvelles façons de manager dans les entreprises, par exemple les démarches agiles dans un esprit startup. Donc, ça peut aussi impacter positivement le reste de l’organisation et contribuer à l’innovation managériale. C’est un objectif à poursuivre.

Comment vois-tu l’évolution de l’IEA dans les années à venir ?

Au-delà d’être un événement ponctuel, il est prévu que l’IEA devienne un outil permanent au service des labs d’innovation. Une plateforme de ressources et d’échanges, d’information, de bonnes pratiques, etc. J’y travaille !

——-

(1) Eric Seulliet est également co-auteur du livre Fabriquer le futur 2, L’imaginaire au service de l’innovation.

Transformation digitale des entreprises : où en est-on ? – Août 2015

Voici presque un an, j’avais consacré un premier article à ce sujet. Il était suivi, quelques jours plus tard, par un deuxième article qui tentait de comparer la situation des entreprises françaises à celle de leurs homologues étrangères. Le résultat n’était pas brillant : les entreprises françaises faisant globalement moins bien que leurs homologues de pays comparables. Un an plus tard, qu’est-ce qui a changé ? … Hélas, pas grand chose : si on en croit les études qui se sont succédées depuis le début de l’année, les entreprises françaises ne savent toujours pas mieux tirer parti de la révolution numérique ! Une situation inquiétante…

Voici un an, je m’étais appuyé sur l’indicateur NRI (Network Readiness Index) établi chaque année par le World Economic Forum et publié en avril dans son Global Information Technology Report. La France pointait alors à une modeste 25ème place sur 148 pays. Et bien, force est de constater que les choses ne se sont pas améliorées en 2015 puisque la France pointe désormais au 26ème rang sur 143 ! Elle a retrouvé son rang de 2013, alors qu’elle était 23ème en 2012 et 20ème en 2010-2011 ! Elle recule donc d’une place environ chaque année !

Voici pour le chiffre global, mais si on regarde dans le détail les critères qui mesurent le niveau d’utilisation du numérique par les entreprises, on constate de manière similaire une dégradation de la situation française :

  • Niveau d’intégration des NTIC par les entreprises : 27ème rang (contre 32 en 2014)
  • Capacité d’innovation : 21ème rang (contre 16 en 2014)
  • Dépôt de brevets : 15ème rang (idem en 2014)
  • Usage de l’internet en B-to-B : 44ème rang (contre 37 en 2014)
  • Usage de l’internet en B-to-C : 29ème rang (contre 27 en 2014)
  • Formation professionnelle sur le sujet : 31ème rang (contre 42 en 2014)

Quelques semaines après ce rapport, on pouvait lire le même constat dans le Baromètre 2015 de la transformation digitale, publié par le cabinet de conseil Weave, l’EBG (Electronic Business Group) et IBM. Ce baromètre s’intéresse tout particulièrement aux entreprises du CAC40. En voici les principaux enseignements :

  • Ces entreprises ne savent pas comment adapter leur business model à l’économie numérique.
  • Bonne nouvelle cependant : elles mesurent bien la nécessité de la transformation numérique.
  • Mais elles n’en comprennent pas les enjeux et parviennent difficilement à l’appliquer de manière concrète.
  • Elles sont tétanisées à l’idée de se faire “ubérisées”.
  • Certaines annonces d’investissements massifs (225 millions d’euros sur 4 ans pour Accor, 1 milliard d’euros pour Leclerc) sont des arbres qui cachent la forêt des deux tiers des entreprises qui se disent en difficulté pour passer de la théorie à la pratique.

Face à ce constat, Weave pointe 5 facteurs majeurs qui handicapent ces grandes entreprises françaises (Cf. cet article de La Tribune que je cite ci-dessous) :

    • Le concept de transformation digitale reste flou
      • “Seules 40% des sociétés du CAC 40 considèrent que le digital pourrait impacter en profondeur leur modèle économique.”
      • “Encore plus inquiétant : 10% à peine (soit 4 entreprises sur 40) estiment que l’évolution des usages numériques pourrait remettre en question la survie de leur entreprise…”
    • La fonction de “chief digital officer” reste peu influente
      • 73% des sociétés du CAC 40 disposent d’un CDO…
      • …mais ils ont peu de pouvoir : 82% ne siègent pas au Comex
    • Le Cloud et le Big Data restent peu exploités
      • “Seules un tiers (33%) des sociétés étudiées utilisent opérationnellement les technologies du big data.”
      • le big data effraie les entreprises autant qu’il les attire
      • Elles font face à un manque de personnel qualifié pour en tirer parti
      • Si elles apprennent vite comment récupérer et traiter les données, elles ne savent pas quoi en faire.
    • La transversalité fait défaut
      • Le top management est trop éloigné des collaborateurs familiers avec le digital
      • Trop d’actions sont conduites de manière non coordonnées dans chaque métier ou Direction : “Moins de 20% des entreprises étudiées ont une démarche structurée au niveau du groupe”.
      • “Conséquence : 70% des sociétés du CAC 40 n’ont pas réussi à mettre en place des outils de mesure de la performance du digital.”
    • Il y a encore un manque de culture digitale dans les entreprises
      • Les directions digitales ne se voient pas fixer d’objectifs clairs en termes de génération de revenus pour l’entreprise

La 3ème édition du Baromètre Idaos Lab “Digital & Social”, publié en mai 2015, fait exactement les mêmes constats, pour une cible plus large d’entreprises sondées :

  • “91% des entreprises françaises considèrent le digital comme essentiel pour leur développement, mais un tiers d’entre elles n’a pas identifié le moyen de procéder”
  • “1/3 d’entre elles n’a pas identifié le porteur de projet, autrement dit la direction en charge de la stratégie digitale”, ce qui est un pourcentage plus élevé que pour les entreprises du CAC40 (Cf. Baromètre Weave ci-avant)
  • “les entreprises ne semblent pas déployer les moyens à la hauteur de l’enjeu.”
  • “La culture digitale se diffuse mal au sein des équipes, compromettant les chances de résultats opérationnels.” : 51% des entreprises n’arrivent pas à embarquer leurs équipes dans la transformation numérique

A lire sur le sujet :

On pourrait d’ailleurs mesurer l’importance de la question de la transformation digitale des entreprises simplement à l’aune du nombre d’études sur le sujet. Or, s’il est un format à la mode c’est bien celui des baromètres, puisqu’en voici un troisième, proposé cette fois-ci par CSC, qui a publié en début d’année 2015 son 1er Baromètre de la transformation digitale. L’entreprise a interrogé 147 dirigeants issus de 105 entreprises, majoritairement françaises, de tous secteurs et de toutes tailles. Comme pour les précédentes études que je viens de citer, celle de CSC montre l’énorme chemin qui reste à parcourir par les entreprises françaises, puisqu’on y trouve des chiffres aussi édifiants que les suivants :

  • seuls 11% des répondants indiquent que leur organisation implique ses clients et ses partenaires sur tout le cycle de conception, développement, mise en marché et exploitation du portefeuille d’offres.
  • 39% considèrent que le digital n’aura pas d’impact sur les processus existants !!!!

A lire sur le sujet :

D’autres chiffres très intéressants, mais tout aussi inquiétants, ressortent d’une Enquête réalisée à l’occasion de la 2ème édition du salon Digital Marketing One to One, en juin 2015 :

  • 40% des entreprises interrogées n’ont pas encore de leadership identifié pour leur transformation digitale ! Le chiffre est encore plus élevé que celui de Weave (27%) et d’Idaos (33%).
  • 52% n’ont pas encore de ligne budgétaire clairement identifiée pour le digital
  • 53% n’ont pas de stratégie formalisée !
  • 55% n’ont pas encore initié d’actions de formation de leur personnel !

Enfin, en juin de cette année, Les Echos publiait une infographie réalisée par une filiale de Verisign, qui rappelait que la France n’arrive qu’en 24ème position sur 28 en Europe en ce qui concerne la présence sur internet des TPE et PME !

Tout le monde semble donc s’accorder sur le long chemin qui reste à parcourir par les entreprises françaises, quelles qu’elles soient. Mais alors que le constat était identique voici un an, pourquoi les choses ont-elles si peu avancé ? Que faut-il pour que le mouvement s’accélère et produise ses effets ? Tous les débats autour de “l’ubérisation”, et la médiatisation de ses manifestations les plus critiques (au premier rang desquelles la crise entre Uber et les taxis) serviront-ils d’électrochoc salutaire ? L’avenir nous le dira. Je continuerai en tous cas dans ce blog à mettre en avant les pistes de travail qui me paraissent pertinentes et intéressantes. J’ai d’ailleurs plein d’articles en préparation sur le sujet. Mais justement, ces articles m’amènent à me demander s’il n’y a pas un décalage entre les initiatives individuelles que l’on peut identifier dans les entreprises et les chiffres et jugements globaux qui ressortent des études telles que les baromètres ci-dessus ? Quand on creuse, on trouve effectivement de très nombreuses initiatives dans les entreprises. Mais n’est-ce que de la com ? Sont-elles efficaces ? Sont-elles la marque d’une stratégie établie ou des véléités sporadiques et désordonnées ? C’est ce qu’il faudrait analyser….

Il n’en reste pas moins que lorsqu’on compare les résultats des entreprises françaises, à travers les baromètres précédents, avec ceux des entreprises étrangères, la comparaison tourne à l’avantage de ces dernières. C’est ce que montre l’étude d’Accenture Growing the digital business, conduite dans 15 pays. On y lit les chiffres suivants :

  • 83% des entreprises déclarent avoir une stratégie de transformation digitale globale et une équipe centralisée,
  • 80% ont un Chief Digital Officer, contre 60 à 73% seulement pour la France selon les études citées précédemment.

De son côté cependant, KPMG a publié une étude conduite auprès des CIO qui fait le même constat pour les entreprises étrangères que pour les entreprises françaises, puisqu’elle montre que même à l’échelle mondiale, nombre d’entreprises sont encore démunies face au numérique : “Les grandes entreprises ont du mal à suivre le rythme croissant de l’innovation numérique”.

En tout cas, ça n’est certainement pas une raison pour relacher ses efforts !

 

 

Des initiatives apparaissent pour rapprocher start-ups et ETI

Si les grandes entreprises ont généralement les moyens et les compétences d’investir dans des start-ups ou de les accompagner dans leur développement (Cf. aussi mon article sur les initiatives des assureurs), et ainsi se positionner sur des marchés numériques émergents, tout en contribuant à leur transformation numérique, tel n’est pas le cas des ETI (et encore moins des PME, bien évidemment). Trois dispositifs viennent cependant d’être créés, qui ont notamment pour but de rapprocher start-ups et ETI. Petit tour d’horizon de ces initiatives trop peu nombreuses.


1 / BNP Paribas – Innov&Connect

BNP Paribas a lancé le programme Innov&Connect en septembre 2014. Si l’on en croit le communiqué de presse, “c’est le premier programme bancaire entièrement dédié à l’innovation, visant à connecter les startups et les Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) en France, ainsi qu’à accompagner leur croissance ».

Ce programme s’inscrit dans la droite ligne du soutien que la banque a engagé depuis plusieurs années envers l’entrepreneuriat innovant. De nombreuses initiatives ont déjà été créées en ce sens : lancement du plan « BNP Paribas Entrepreneurs 2016 », création de 15 Pôles innovations, qui sont des lieux « constitués d’équipes spécialisées qui proposent des services dédiés aux entreprises innovantes”, partenariat avec les organismes de crowdfunding Ulule et Wiseed, investissement dans des fonds d’amorçage et lancement de différentes opérations de communication telles que le programme court télévisé Parlons PME, relayé sur le site parlonspme.fr, l’opération de communication mapubici ou encore le documentaire We Love Entrepreneurs.

Dans ce contexte, Innov&Connect propose deux programmes :

1) Le premier est un programme d’accélération original puisqu’il qui vise à créer de véritables binômes ETI/startups qui travaillent autour d’un projet commun. Pour la première « saison », qui a démarré en avril 2015, les startups ont été sélectionnées suite à un appel à candidature en fonction des besoins exprimés par 11 ETI clientes de BNP Paribas et partenaires du programme Innov&Connect.

Les 8 premiers binômes startups/ETI du programme Innov&Connect

Les 8 premiers binômes startups/ETI du programme Innov&Connect

Une fois sélectionnées, les startups sont hébergées gratuitement en mode co-working pendant 6 mois dans un espace dédié à l’innovation situé dans le Sentier, à Paris. Dans cet espace de 1600 m2, nommé WAI, pour « We Are Innovation », elles peuvent bénéficier de plusieurs services :

  • Développer une relation privilégiée avec une ETI ou une grande entreprise pour co-innover
  • Recevoir un mentoring et un coaching intensif pour accélérer leur décollage
  • Accéder au réseau d’experts et d’entrepreneurs de la banque
Les espaces WAI (We Are Innovation) du programme Innov&Connect de BNP Paribas

Les espaces WAI (We Are Innovation) du programme Innov&Connect de BNP Paribas

Tous ces services sont conduits sous l’égide de L’Atelier BNP Paribas, la cellule de veille et de conseil en innovation de la banque, mais ils mobilisent également des partenaires extérieurs parmi les plus réputés sur le sujet : Numa, Learn Assembly, Koudetat (The Family), etc.

Les choses ne sont sans doute pas figées, mais j’imagine que pour la prochaine “saison”, ce seront à nouveau 10 ou 11 nouvelles ETI qui “parraineront” autant de startups. Comment sont sélectionnées ces ETI ? Je ne sais pas ! Par contre, il faut savoir que le programme est réservé aux ETI clientes de BNP Paribas.

Comme le souligne Maddyness, pour convaincre startups et ETI de lui faire confiance, « BNP Paribas s’appuie sur sa connaissance des ETI, puisque 3/4 des 4000 ETI françaises sont clientes de BNP Paribas, et sa connaissance des startups puisque plus de 1000 d’entre elles travaillent déjà avec les Pôles Innovation du groupe » !

Bref, le programme Innov&Connect est conçu pour que chacun des 3 acteurs soit gagnant : les ETI accélèrent leur démarche d’innovation et se positionnement dans l’économie numérique, les startups accélèrent leur développement, et la banque tire profit de leur croissance respective puisque ce sont ses clients. Par ce type de démarche, elle peut aussi fidéliser ses clients existants et séduire des prospects.

2) Le second service est un programme plus classique d’accompagnement et d’hébergement de startups en phase de décollage commercial. Depuis le 1er Trimestre 2015, les startups sélectionnées bénéficient pendant 18 à 24 mois d’un ensemble de services et d’expertises en lien avec les partenaires de l’écosystème d’innovation de BNP Paribas. Les startups peuvent être hébergées dans le WAI de Paris pour un tarif est de 350€/mois/poste de travail, ou dans un deuxième WAI, situé à Massy-Saclay, qui propose 300 postes de travail au tarif de 250€/mois/poste.

Lors du lancement du programme Innov&Connect, BNP Paribas a affirmé vouloir accompagner 150 startups sur 3 ans et investir sur cette même période plus de 10 millions d’euros !

 

Le programme Innov&Connect

Le programme Innov&Connect

2 / Mazars – Mazars’ Lab

Mazars’ Lab est un programme d’open innovation créé fin 2014 par la société d’audit Mazars. Selon Eric Schwaller, associé chez Mazars, « le but est de faire se rencontrer des start-up et des ETI afin de créer l’étincelle et qu’elles travaillent ensemble sur des projets. Ceci en mode coopératif, sans partenariat capitalistique.»

Le projet a été créé dans la foulée de la co-création en 2014 par Mazars de l’Institut Open Innovation.

Mazars’ Lab propose 3 services :

  • « Mazars StartUp SERVICES : un accompagnement adapté à tous les entrepreneurs de croissance de tous secteurs d’activité, où Mazars et son écosystème de partenaires experts ont bâti une offre de services étendus.
  • Mazars ACCELERATOR : un partenariat avec les StartUps technologiques proches des métiers de Mazars, pour innover ensemble en co-R&D et co-développement commercial.
  • Mazars ANGELS : une alliance renforcée grâce à un investissement dans le développement des StartUps les plus en synergies avec Mazars. »

 

L'offre Mazars' Lab

Les 3 composantes de l’offre Mazars’ Lab

 

A travers cette offre Mazars entend aider les startups dont le métier est complémentaire au sien à se développer en leur proposant d’intégrer leur écosystème de partenaires. L’idée est ensuite d’en tirer un bénéfice commun via un dispositif de co-innovation et de co-développement commercial qui peut aussi mobiliser les clients ETI et grandes entreprises de Mazars. Et enfin chercher un bénéfice commun en proposant aux ETI clientes de Mazars d’investir dans les startups du programme.

3 / BpiFrance – Le Hub

Le Hub est un accélérateur de start-ups inauguré par Bpifrance le 23 avril 2015. Son mode de fonctionnement repose sur le rapprochement des start-ups avec les ETI et les grandes entreprises. Il n’est donc pas dédié exclusivement aux ETI, mais celles-ci y ont toute leur part. Situé boulevard Haussman, à Paris (9e), il dispose de 500m2 pour héberger et accompagner pendant 6 à 18 mois 11 start-up ayant dépassé l’amorçage.

 

Précisément, Le Hub propose 3 services :

Le Hub Corporate s’adresse aux ETI et aux grands groupes. Il leur propose “une offre de sourcing qualifié de startups et de PME innovantes”. Depuis 2000, Bpifrance a en effet constitué une base de données de près de 30 000 entreprises innovantes. Elle utilise également des bases externes : Angelist, Crunchbase, Société.com, C-radar. Ce service s’appuie sur un réseau de 150 chargés d’affaires innovation, situés dans plus de 40 implantations régionales et sur 50 experts sectoriels. La démarche est simple : “diagnostic flash” des besoins et contraintes de l’ETI ou de la grande entreprise > identification des sociétés innovantes adaptées > mise en relation > accompagnement. Le rapprochement peut prendre plusieurs formes : partenariat R&D, partenariat commercial, investissement minoritaire ou acquisition. Pour séduire startup et entreprises installées, Le Hub entend jouer un rôle de tiers de confiance.

Le Hub Network organise des rencontres entre start-ups, ETI et grandes entreprises. 5 formats sont proposés :

  • Recettes d’entrepreneurs : Chaque mois, un entrepreneur dont la startup s’est bien développée vient partager ses succès et ses échecs, le temps d’un déjeuner convivial”.
  • Totem : “c’est une conférence à 360° avec six intervenants de haut vol issus de disciplines différentes pour analyser les changements induits par une innovation de rupture”.
  • Eldorado ? : “conférence croisière” sur les hubs d’innovation dans le monde avec l’intervention d’un français installé dans ce hub et/ou d’un autochtone.
  • L’aparté : “Une heure de tête à tête intime et exclusif avec un entrepreneur star pour découvrir l’homme derrière la success story.”
  • Café connect : “Chaque mois, lors d’un petit déjeuner au sein du Hub, une problématique précise d’innovation ouverte est éclairée par un expert et le retour d’expérience de professionnels.”

Enfin, le Hub Startup propose aux startups “une offre d’accompagnement post-accélération pour booster leur croissance”. Dans les locaux du Hub, Bpifrance peut accueillir simultanément une dizaine de startups innovantes en phase de commercialisation. Outre l’hébergement et l’équipement, l’offre comprend du conseil en financement, en levée de fonds, en développement commercial en France et à l’international. Le tarif pour les startups est de 400 euros par personne par mois.

Conclusion

Ces trois initiatives me paraissent intéressantes à plus d’un titre. Elles témoignent tout d’abord de l’intérêt naissant de certains acteurs pour les ETI, après qu’ils se soient tournés en premier lieu vers les grandes entreprises. La taille plus réduite des ETI implique un accompagnement spécifique, ce qui peut donner lieu à des formules originales. Et cela peut aussi intéresser certaines startups, qui pourraient à l’inverse voir comme trop encombrante la compagnie d’une grande entreprise. BNP Paribas s’était penché sur ces questions dans cet article : Le couple ETI & start-up : un possible ? Mais surtout, cela rééquilibre la relation entre l’entreprise et la startup. Il ne s’agit pas seulement de faire grandir des startups, mais aussi les ETI !

Ces initiatives témoignent aussi de la vitalité et de la diversité des programmes d’incubation, d’accélération ou d’open innovation qui se développent en France. A côté de programmes généralistes comme celui du Village de l’Innovation du Crédit Agricole ou de programmes dédiés à une filière comme le Welcome City Lab, dédié au tourisme, il y a donc la place pour des programmes qui segmentent les entreprises partenaires, en l’occurrence ici les ETI (même si les grandes entreprises ne sont pas exclues pour autant) ou qui se développent autour d’un intermédiaire qui réunit autour de lui différents types d’acteurs qu’il choisit parmi ses clients ou partenaires, agissant ainsi en tant que tiers de confiance.

Le 21 mai, l’accélérateur Partech Shaker propose d’ailleurs une journée d’échanges sur ce thème : Entre start-up, ETI et grands groupes, l’open-innovation en pratique: comment travailler ensemble ? Preuve en est que le sujet est d’actualité.

Le seul bémol de tout cela tient au faible nombre d’ETI qui pourront en bénéficier. Même si BNP Paribas se targue d’avoir pour clientes 3 ETI françaises sur 4, seule une dizaine par saison peuvent participer au programme. Je n’ai pas les nombres pour les programmes de Bpifrance et de Mazars, mais il est fort probable que cela soit du même ordre. Il faudrait donc que beaucoup d’autres initiatives de cet ordre se développent pour qu’elles portent vraiment leurs fruits à plus grande échelle. Souhaitons le !

 

Les consommateurs sont-ils prêts à acheter des objets connectés ? Partie 6 : Conclusion

Pour conclure cette série d’articles sur la disposition des consommateurs à acheter des objets connectés, revenons au sondage qui était le point de départ de ma réflexion. On peut maintenant l’analyser avec un peu de recul.

Tout d’abord, le chiffre du rapport de Baird (85% des personnes interrogées disent ne pas vouloir acheter de bracelet connecté) est présenté comme négatif, mais cela laisse quand même 15% d’intention d’achat sur cette seule catégorie des bracelets connectés. Quand on compare aux autres catégories d’objets connectés, ou à d’autres produits, ça reste tout à fait correct pour un marché encore jeune.

On peut aussi arguer que ce qui est valable pour les bracelets ne l’est peut-être pas pour les autres catégories.

Les articles précédents ont montré que d’une étude à l’autre les chiffres sont des plus différents. Ce qui amène à être prudent avec chaque étude prise en particulier.

NB : Franchement, quand on regarde les résultats des sondages sur les intentions d’achat des consommateurs (voir article 3 de cette série), les chiffres sont tellement disparates qu’on se demande quel crédit accorder à ce type d’enquête !!!.

Même si c’est un marché de niche sur chaque catégorie, l’ensemble peut constituer un marché plus grand, composé d’une multitude de marchés de niches. Ce marché plus grand peut intéresser des fabricants qui peuvent être assez facilement présents sur plusieurs catégories.

C’est un marché jeune, qui évolue au fur et à mesure qu’évoluent les caractéristiques des objets. La définition des catégories évolue elle-même parfois au fur et à mesure qu’évoluent les caractéristiques des objets. Et finalement, les intentions des consommateurs peuvent évoluer fortement en fonction de ces évolutions des objets.

Ce n’est pas tant une multitude de marchés de produits que des marchés d’écosystèmes dans lesquels il faut maîtriser l’écosystème des usages, des services et des technologies.

La connection des objets, qui en fait aujourd’hui un élément différenciant, va progressivement devenir une commodité. Demain, on achètera des objets connectés même si ça n’est pas pour cette raison qu’on les aura achetés. On achètera “des objets qui par ailleurs sont connectés” plus que “des objets connectés” en tant que tels.

Il n’en reste pas moins que subsistent aujourd’hui des freins à l’achat et à l’usage plus massif de ces objets. J’en ai listé certains dans l’article 4 de cette série. C’est en grande partie en fonction de la réponse des fabricants et des marques à ces freins que la propension des particuliers à acheter et à utiliser ces objets pourra augmenter.

La question n’est pas seulement l’intention d’achat mais aussi, voire surtout, l’intention d’usage, c’est-à-dire la satisfaction à l’usage et le maintien de l’usage dans la durée.

Nous utiliserons demain des objets que nous n’aurons pas achetés mais qui nous aurons été fournis par des tiers. Il y a là tout un pan du développement des objets connectés à étudier. On passe ainsi d’un modèle BtoC à un modèle BtoB ou BtoBtoC.

Dans cette perspective, alors que les fabricants sont astreints à des résultats immédiats, les marques travaillent elles sur le plus long terme pour mettre en place le bon service avec les bons objets, en partenariat avec les fabricants, les agences digitales et les ESN. Un long terme qui se prépare cependant dès aujourd’hui, sous peine de rater le coche demain lorsque le marché sera plus mature !

Les consommateurs sont-ils prêts à acheter des objets connectés ? Partie 5 : Le rôle des prescripteurs et des tiers de confiance

Même si les consommateurs semblent avoir un avis globalement positif sur les objets connectés, ils manifestent également certaines inquiétudes, ou tout au moins émettent parfois des doutes sur l’utilité ou la pertinence de ces derniers. Mais pour mieux saisir les perspectives d’évolution des objets connectés, il faut comprendre que les consommateurs ne sont pas seuls avec leurs doutes face à ces objets : d’autres acteurs sont là, qui pourraient les conseiller ou qui veulent les leur faire adopter.

Les professionnels de santé

L’étude menée fin 2013 par l’IFOP pour l’Atelier BNP Paribas (pdf) sur le rôle des objets connectés dans la santé est particulièrement intéressante sur ce plan. Elle révèle que 61% des possesseurs d’objets connectés sont prêts à partager leurs données, et que ce chiffre se décompose en : 29% avec leur médecin ou le corps médical, 16% avec leurs proches et quand même 16% avec d’autres utilisateurs. On y lit également que 57% des sondés accepteraient de rendre accessibles au corps médical leurs données personnelles sur leur activité physique. Et quand on les interroge sur l’acteur qui doit être en charge de leurs données personnelles en cas de partage, les professionnels de santé arrivent en tête avec 63%, avant les utilisateurs eux-mêmes (42%) !

On retrouve un chiffre similaire dans un rapport de DMD Santé publié fin 2014, selon lequel 58% des personnes âgées seraient prêtes à utiliser des objets connectés liés à la santé si leur médecin le leur recommande (source).

Il y a donc une confiance très forte des consommateurs dans l’utilisation que les professionnels de santé peuvent faire de ces données et la recommandation qu’il peuvent faire de l’usage d’objets connectés. Le médecin étant par définition celui en qui on remet sa santé, son corps, son intimité physique, étant également par définition le principal pourvoyeur d’informations sur notre santé, qu’il accède aujourd’hui à ces données via des objets connectés plutôt que via une prise de sang ou son stéthoscope ne change rien à la confiance qu’on lui fait au titre de son rôle de médecin qui oeuvre pour la santé de ses malades.

C’est ce que montre également l’étude de The Links, pour qui “la santé est le premier univers dont les français attendent de nouveaux services connectés, quitte à partager leurs données pour s’assurer une meilleure santé” . Les sondés plébiscitent ainsi “le médecin connecté” à 47% et “l’hôpital connecté” à 40%.

Comme le souligne Le Monde, ayant ce rôle de tiers de confiance fort, le corps médical pourrait donc jouer un rôle important pour crédibiliser ces objets connectés. Encore faut-il qu’il soit convaincu, lui même de l’efficacité de ces appareils…”

Le Monde semble en douter puisqu’il précise : “D’après le docteur Nicolas Postel-Vinay, président de la plateforme Automesure.com, ce sont plutôt les patients qui vont faire évoluer le corps médical.”

Pourtant, on trouve des études qui montrent des médecins plutôt réceptifs. C’est le cas du baromètre réalisé par Odoxa pour la MNH et la branche santé d’Orange Healthcare. Il révèle que 81% des médecins interrogés estiment que « la santé connectée est une opportunité pour la qualité de soins », tandis que 93% de ces mêmes praticiens considèrent que ces objets contribuent à la prévention des risques de santé comme l’obésité, le diabète ou l’hypertension. La moitié d’entre eux pense cependant également qu’ils constituent une « menace » pour le secret médical, certainement en raison des risques sur les données personnelles, et un tiers de cet échantillon note qu’ils menacent le libre choix des patients.

Quoi qu’il en soit, le corps médical, en raison de la confiance que lui accordent les patients, est dans une position de prescripteur potentiel fort des objets connectés. Nul doute qu’ils seront vivement courtisés par les fabricants. On voit d’ailleurs déjà poindre des études en ce sens, telle celle du cabinet Soreon Research, selon laquelle les objets connectés « mettables » pourraient sauver la vie de près d’1,3 million de personnes d’ici à 2020, notamment via les objets utilisés dans l’enceinte même des hôpitaux pour surveiller l’état de santé des malades !

Sécurité sociale, mutuelles, assurances

Revenons au baromètre Odoxa – MNH – Orange Healthcare. Ce dernier révèle une autre information très intéressante : “Les français et plus encore les patients sont une large majorité à estimer que les objets connectés devraient « être pris en charge par la sécurité sociale » ou au moins « par l’assurance complémentaire santé ». Les médecins eux sont nettement plus partagés à ce sujet, considérant « seulement » à 53% que la complémentaire santé devrait les rembourser et à 43% par l’Assurance maladie.” (source)

On voit apparaître ici de nouveaux acteurs : la Sécurité Sociale d’un côté, les mutuelles et assureurs de l’autre, et un nouveau rôle que nous n’avions pas encore envisagé : la prise en charge financière des objets connectés par des tiers. C’est là un changement majeur qui modifie complètement la question initiale de cette série d’articles : dans la mesure (c’est le cas de le dire) où le coût des objets connectés n’est plus pris en charge par les consommateurs mais par un tiers, la question n’est donc plus de savoir si les consommateurs sont prêts à acheter, mais s’ils sont prêts à utiliser !

On retrouve cette même idée dans l’enquête de The Links dans laquelle “78% des sondés trouvent l’idée d’une mutuelle connectée légitime” et “64% sont attirés par un programme spécifique”. Ils se montrent malgré tout très partagés sur la question du partage des données à ces acteurs.

C’est en effet ce qui ressort également de la troisième édition de l’Observatoire de l’innovation l’Argus de l’assurance-Kurt Salmon-Opinion Way consacrée aux objets connectés. Les assurés se montrent très réticents à partager leurs données de santé avec leur assureur (19% plutôt ou tout à fait prêts). Les chiffres sont plus élevés pour l’assurance auto (29%) ou habitation (28%).

Les assurés sont-ils prêts à partager leurs données avec leur assureur ?

Les assurés sont-ils prêts à partager leurs données avec leur assureur ?

Ils sont par contre 67% à être d’accord pour partager ces données de santé avec leur médecin (voir paragraphe précédent). Aucun acteur ne se dégage vraiment pour les données de conduite auto, tandis que la police et les fournisseurs d’alarme sont les principaux tiers de confiance pour les données liées à l’habitation.

Avec qui les assurés sont-ils prêts à partager leurs données ?

Avec qui les assurés sont-ils prêts à partager leurs données ?

Malgré ce déficit de confiance, les assureurs ne ménagent pas leurs efforts pour la regagner. Si l’on en croit le site web Aruco : Les entreprises d’assurance ont compris ce potentiel. D’après une enquête de la SMA, 74% des assurances prévoient d’investir dans l’internet des objets d’ici 2016 et 7% investiront significativement. Ce sont ces entreprises qu’il faudra surveiller et qui s’avèreront être les vrais innovateurs en terme d’offres pour le grand public.”

Il faut dire que les assurances ne sont pas des entreprises comme les autres face aux objets connectés. Elles ont avec ces derniers des similarités et des conjonctions d’intérêts particulièrement fortes :

  • L’offre d’assurance rencontre trois des principaux domaines de déploiement des objets connectés : la santé, l’habitation et l’automobile.
  • La promesse des objets connectés résonne à l’oreille des assureurs : nous rendre la vie plus sûre, plus saine, plus sereine.
  • Enfin, la matière première des uns et des autres est la même : les données, qu’elles soient comportementales, physiologiques, d’activité…

On voit d’ailleurs poindre aujourd’hui les prémisses des nouveaux services que les assureurs pourraient proposer :

Entreprises, employeurs

Ces exemples nous amènent à une autre catégorie de prescripteurs : les entreprises, notamment en tant qu’employeurs. Dans l’étude intitulée The Wearable Future, que j’ai déjà citée dans l’article 2 de cette série, PwC indique que “les Américains seraient plus enclins à adopter de nouveaux « wearables » dans leur quotidien si le coût lié à l’achat de ce nouvel accessoire était pris en charge par un tiers, par exemple leur employeur. Ainsi,72 % des sondés sont intéressés pour adopter une montre connectée si leur employeur la leur offre, alors qu’ils ne sont plus que 42 % à en désirer une s’il faut la payer 100 dollars.”  La proportion est encore plus forte au sein de la génération Y qui « se dit deux fois plus à même d’être intéressée pour porter une montre intelligente, un bracelet connecté ou des lunettes intelligentes si une entreprise paie pour cet appareil, qu’il s’agisse d’une marque, d’un distributeur, ou bien de l’assurance santé. » 50% d’entre eux expliquent même « qu’ils sont plus enclins à utiliser un « wearable » dès lors que son utilisation est rétribuée« .

Pour les américains, les entreprises sont amenées à jouer un rôle dans l'adoption des objets connectés.

Pour les américains, les entreprises sont amenées à jouer un rôle dans l’adoption des objets connectés.

Selon PwC, cette tendance se vérifie particulièrement dans le domaine de la santé, pour lequel « 70% des consommateurs américains sondés expliquent qu’ils seraient prêts à utiliser des «wearables» proposés par leur employeur, fournissant anonymement des données personnelles, dès lors qu’ils profiteraient en contrepartie de réductions sur leur prime d’assurance ». Et par ailleurs, « les organismes payeurs aussi considèrent les « wearables » comme un atout, car ils permettent un accès aux patients à distance, améliorant ainsi les soins tout en réduisant les coûts. »

Pour illustrer ce propos, on peut citer l’exemple de la société américaine Appirio qui “a réussi à renégocier ses frais d’assurance maladie et obtenu une diminution de 5% de ses frais de santé en offrant des objets connectés de quantified self à ses employés”. Selon Aruco, Chris Barbin, fondateur d’Appirio aurait déclaré “que même s’il constatait que les capteurs d’activités, smartwatch, bracelets connectés, etc. étaient encore considérés comme des gadgets par la plupart des gens, il était parvenu à leur trouver un usage particulièrement bénéfique pour sa société. (…) L’objectif d’Appirio était clairement de réduire la facture médicale en prouvant aux mutuelles de santé complémentaires que les membres de son équipe pratiquaient une activité physique régulière et étaient donc en bonne santé. Et l’opération a fonctionné : rapidement, Appirio a annoncé avoir réussi à renégocier ses frais d’assurance maladie et obtenu une diminution de ces derniers d’environ 5%. Une somme rondelette” évaluée à 280 000 dollars par Appirio (source). Aruco précise toutefois que “parmi le millier d’employés, seulement 40% se sont montrés intéressés par l’initiative et seulement 100 personnes ont accepté de partager leurs données de santé afin de permettre à leur société de faire des économies”. Parallèlement, Appirio a lancé un programme de bien-être, baptisé CloudFit dans lequel les salariés peuvent suivre des séances vidéo de coaching santé via Google Hanghout. Et toujours selon Aruco, “Appirio a profité de ce vaste test parmi ses employés pour développer une sorte de réseau social permettant de mettre en concurrence les utilisateurs sous forme de jeu et de collecter facilement les données pour les analyser en masse”.

Assez spécifique au marché américain de l’assurance santé, cet exemple pourraient cependant devenir des plus pertinents en France dans le cadre de l’ANI (Accord National Interprofessionnel) qui va obliger toutes les entreprises à proposer une couverture santé à leurs employés à partir du 1er janvier 2016. Cet accord pourrait conduire les employeurs à mettre en place des politiques plus engagées de prévention santé.

Tout cela pourrait conduire à un dispositif gagnant-gagnant, comme l’évoque encore Aruco en commentant toujours l’initiative d’Appirio : “En moyenne, 70% des consommateurs américains interrogés ont expliqué qu’ils accepteraient d’utiliser les objets connectés proposés par leur employeur à condition de bénéficier en contrepartie de réductions sur leur primes d’assurances santé. De leur coté, les organismes payeurs voient aussi les objets connectés d’un bon oeil car ils permettent d’avoir accès aux patients à distance. Cela a pour conséquence principale d’améliorer les soins tout en réduisant les coûts généraux liés à la prise en charge.”

Le géant pétrolier BP a lui aussi mis en place un dispositif similaire, toujours avec Fitbit (Voir aussi cet article).

État et collectivités

L’Etat, les services publics et les collectivités peuvent également jouer un rôle en ce sens. Je pense par exemple à la décision de la Commission Européenne d’obliger les constructeurs automobiles à installer dans les véhicules vendus dans l’Union Européenne un système d’appel d’urgence automatique en cas d’accident. Appelé eCall, ce dispositif sera obligatoire à compter du 31 mars 2018. C’est certes un “objet connecté” rudimentaire puisqu’il est destiné non pas à gérer des données en masse ni en flux à destination du conducteur ou du constructeur, mais à déclencher des actions déterminées (appeler le 112 + envoyer les données de géolocalisation) lorsque les capteurs ont détecté un choc lié à un accident, mais il est symptomatique selon moi du rôle que peuvent jouer les pouvoirs publics dans ce domaine. Certains constructeurs ont d’ailleurs déjà anticipé la mesure. Et cela me fait également penser au système Allianz Helpbox, mis en place par Allianz en Suisse. C’est un dispositif très similaire à eCall, qui aurait sa place dans la liste d’initiatives d’assureurs citées plus haut.

On peut aussi évoquer à ce sujet l’obligation qui est faite d’installer un détecteur de fumée dans les habitations à compter du 8 mars 2015. Certains pourraient en profiter pour acheter un détecteur connecté fabriqué par Nest, Netatmo ou d’autres !

Les collectivités ont également un rôle important dans le déploiement des objets connectés dans l’environnement public. Les projets de villes intelligentes, par exemple, se multiplient. Certes les particuliers ne seront peut-être pas les utilisateurs directs de ces objets, mais ils pourraient se familiariser avec leur présence. Il est d’ailleurs probable que cela se fasse parfois dans la douleur, comme c’est le cas avec la récente grève des éboueurs de Marseille, qui protestaient notamment contre l’utilisation des données de géolocalisation des bennes à ordure pour effectuer le suivi de leur temps de travail.

Industriels et marques non digitales

En dehors des pure players des objets connectés, les marques traditionnelles d’objets de la maison ou d’appareils de notre vie quotidienne (électronémager, high-tech, jeux…) se mettent elles aussi à connecter leurs produits habituels :

Dans cette logique, comme je l’ai déjà indiqué à la fin de l’article 2 de cette série, la connectivité des objets et appareils du quotidien va devenir une commodité qui ne sera plus la raison pour laquelle nous achetons lesdits objets et appareils. Le fait qu’ils soient connectés passera presque inaperçu.

C’est le cas également dans l’automobile : les constructeurs auto transforment petit à petit les véhicules dans la perspective de les rendre connectés et de permettre aux automobilistes d’utiliser les fonctionnalités que pourra permettre la connectivité. Mais on n’achètera sans doute pas plus de voitures qu’avant pour cela. Simplement, les voitures seront désormais connectées. L’équipement connecté et les services associés pourront par contre être très différents d’une voiture à l’autre.

Des stratégies BtoC aux stratégies BtoB / BtoBtoC

Le rôle naissant de ces différents acteurs (prescripteurs ou tiers de confiance) va faire évoluer les business models liés aux objets connectés. A tel point que les stratégies BtoC ne seront peut être pas la priorité des fabricants ou de tout autre acteur intervenant sur ce marché. On le voit déjà poindre à travers les évolutions de positionnement de certains, comme c’est le cas de Sen.se, tel que le rapporte Aruco.

Voici près d’un an, Forbes avait déjà évoqué ce positionnement BtoBtoC de certains fabricants d’objets connectés. L’auteur de l’article avait même proposé un nouveau concept, le « Quantified Other », par opposition au Quantified Self !

Quoi qu’il en soit, il y a fort à parier que nous utiliserons de plus en plus, à l’avenir, des objets connectés que nous n’avons pas achetés, mais qui font parti d’une offre liée à un autre service. Il s’agira parfois pour la société qui propose ce service de tout simplement monnayer nos données à d’autres, comme aujourd’hui Google ou Facebook monnaient notre présence et notre activité sur le web pour vendre de la publicité aux entreprises, ou comme le modèle publicitaire de la télévision monnaie l’audience.

On passe ainsi d’un modèle de paiement des objets par les particuliers (dans lequel la question de départ de cette série d’article se pose) à d’autres modèles, tels que la rémunération aux utilisateurs des données qu’ils ont générées ou la monétisation globale des données à des tiers en contrepartie de l’usage gratuit des objets par les particuliers, voire la rétribution de l’usage. Dans ces derniers cas, la question qui se pose est plutôt celle évoquée au début du présent article : les consommateurs sont-ils prêts à utiliser les objets connectés ?

Pour illustrer la réflexion des entreprises en ce sens, on peut citer Frédéric Lassara, responsable stratégie de la division véhicule connecté de PSA, qui décrit ainsi la recherche d’un nouveau business model par le constructeur auto : « Les clients ne sont pas prêts à payer pour de la connectivité, mais ils le feront pour des services. » Il assure que le groupe est bien décidé à investir ce nouveau marché : « Nous allons initier une logique de vente de services, comme sur un smartphone, où nous gagnerons quelques centimes à chaque transaction. C’est une petite révolution dans l’automobile. » (source)

Enfin, je rappelle ce chiffre de l’étude de PwC cité plus haut, qui montre que les plus jeunes sont beaucoup plus décomplexés vis-à-vis de leurs données personnelles, notamment vis-à-vis de leur monétisation, puisque “la moitié d’entre eux se déclare plus enclin à utiliser un « wearable » dès lors que son utilisation est rétribuée de manière pécuniaire ou via des cadeaux, bons de réduction, etc.”

A nouveaux consommateurs, nouvelles entreprises, nouveaux produits et nouveaux business models !

Les consommateurs sont-ils prêts à acheter des objets connectés ? Partie 4 : Craintes et défis

Si les consommateurs semblent avoir un avis globalement positif sur les objets connectés, il n’en reste pas moins que des inquiétudes subsistent, qui expliquent sans doute les intentions d’achats modestes.

Les enquêtes et sondages révèlent principalement les inquiétudes suivantes :

  • L’utilité des objets connectés n’est pas à la hauteur
  • La fiabilité technique non plus
  • Le coût des objets connectés est trop élevé
  • Par certains aspects (ondes, capteurs…) ils pourraient être dangereux pour la santé
  • Enfin et surtout, les consommateurs s’inquiètent de la protection des données personnelles

Les déficits d’utilité et de fiabilité technique

Ce sont les deux points soulevés par l’analyse du bureau d’étude Jackdaw (déjà cité dans le premier article de cette série) sur les faiblesses du marché des montres connectées. Selon ce cabinet, il y a deux raisons principales pour lesquelles le public ne s’intéresse pas aux montres connectées : “les fonctionnalités proposées ne sont pas assez utiles et les appareils ne relèvent pas tous les défis technologiques qu’ils suscitent. ” (source)

Plus précisément, Jackdaw souligne qu’en dehors des fonctionnalités de capteurs physiologiques, les montres connectées restent le plus souvent conçues comme des extensions des smartphones destinées à recevoir les notifications push de ces derniers et éventuellement à y répondre. Or, Jackdaw indique, chiffres à l’appui, que les utilisateurs de smartphone utilisent très peu les notifications et que cette seule fonctionnalité ne suffit pas à donner de l’intérêt aux montres connectées. Surtout quand les capacités de réponse aux notifications sont limitées (elles nécessitent souvent un système de commande vocal peu pratique).

Côté qualité des produits, Jackdaw souligne la faible autonomie des batteries et l’ergonomie délicate des produits étant donné la petite taille de l’écran.

D’autres enquêtes montrent également un problème de confiance des utilisateurs dans la fiabilité des mesures. C’est le cas de l’étude menée par l’IFOP pour l’Atelier BNP Paribas fin 2013 (pdf), selon laquelle le principal frein à l’achat des objets connectés repose sur le manque de conviction des consommateurs dans l’efficacité de la mesure (50% des sondés) !

On peut aussi relier l’impression de manque d’utilité à cette donnée de l’institut GfK selon laquelle les produits que l’on pourrait qualifier d’intelligents (smart) parce qu’ils sont capables d’analyser l’information qu’ils collectent restent rares : 0,3 % en 2013 selon GfK !!! Un chiffre qui devrait cependant franchir les 60 % en 2020. (source)

Le défi de l’utilité se retrouve également dans les chiffres de durée d’utilisation. Toujours selon GfK, “un tiers des utilisateurs d’objets connectés les abandonneraient dans les 6 mois” (je cite cet article, mais je n’ai pas retrouvé la source exacte de cette info sur le site de GfK pourtant cité par l’article).

On retrouve cependant exactement la même donnée dans l’étude Inside Wearables réalisée par Endeavour Partners en janvier puis juillet 2014 : “après six mois d’utilisation, un tiers des américains ont remisé leurs bracelets connectés dans un tiroir”.

Des chiffres que tempère l’enquête de Que Choisir ? puisque selon elle, 85% des utilisateurs disent utiliser leur objet toujours autant chaque jour (mais combien de temps après l’achat ont-ils été interrogés ?).

L'usage des objets connectés par leurs utilisateurs selon Que Choisir ?

L’usage des objets connectés par leurs utilisateurs selon Que Choisir ?

Selon cette étude, les utilisateurs se montrent également plutôt satisfait de leur objet, ce qui vient atténuer les craintes en termes d’utilité des candidats à l’achat cités plus haut.

Selon Que Choisir, les utilisateurs d'objets connectés sont plutôt satisfait de leur objet.

Selon Que Choisir, les utilisateurs d’objets connectés sont plutôt satisfait de leur objet.

Le coût des objets

Cette crainte est en grande partie liée à la première : moins les objets apparaissent utiles et fiables, moins les consommateurs sont prêts à payer.

Selon le Baromètre Syntec Numérique – BVA sur les objets connectés, 49% des sondés estiment que ces technologies sont encore trop chères ou trop compliquées à utiliser (15%).

Selon l’enquête The Links, 77% des sondés estiment qu’ils sont trop chers.

Selon GfK, “le prix est le premier frein à l’achat des objets connectés”. Là encore, je cite le même article d’Aruco, mais je n’ai pas retrouvé la source exacte de cette info sur le site de GfK pourtant cité par l’article. J’ai par contre retrouvé dans cette étude de GfK l’info selon laquelle “le prix est le premier critère de choix des montres connectées dans tous les pays examinés par l’Institut d’études GfK à l’exception de la Chine”.

Je cite malgré tout à nouveau un passage du même article d’Aruco qui fait le lien entre la perception d’un prix trop cher et celle de fonctionnalités trop peu utiles : une partie des utilisateurs ne semble pas encore prête à faire le grand saut du tout-connecté compte tenu des fonctionnalités perçues par ce type de produits électroniques. Leurs fonctionnalités ne semblent pas assez poussées au regard des utilisateurs pour correspondre au prix psychologique. D’où cet abandon prématuré au bout de six mois et parfois une revente, facilitée par les sites de petites annonces entre particuliers.

L’étude de GfK révèle que les utilisateurs qui gardent leurs objets connectés le plus longtemps sont ceux qui les voient régulièrement mis à jour, avec l’ajout de nouvelles fonctionnalités par l’intermédiaire du logiciel embarqué. L’utilisateur ne cherche donc pas seulement un relai de son smartphone mais un produit différenciant, avec ses fonctions propres.”

Un danger pour la santé

Autre frein identifié : selon l’étude The Links, les objets connectés sont perçus comme pouvant être un danger pour la santé pour 69% des interrogés.

L’étude ne précise pas pourquoi, mais on se souvient notamment que les bracelets Force de la marque Fitbit avaient été retirés de la vente début 2014 en raison des plaintes de certains utilisateurs devant les irritations de la peau causées par le bracelet.

D’autres s’inquiètent également des dangers que pourraient causer les ondes électromagnétiques, notamment sur les bébés et les jeunes enfants.

Les craintes pour la protection des données personnelles

C’est évidemment LE grand grief auquel on pense immédiatement. Et les enquêtes confirment que les consommateurs ont effectivement cette crainte.

Selon l’étude Havas Média – CSA réalisée fin 2013, 78% des sondés craignent un risque accru pour leur vie privée. Et cette crainte est même plus forte chez les jeunes qui en ont une appréhension plus forte que chez les 30-49 ans (83% vs 75%) !

Selon l’étude Que Choisir, le vol des données personnelles est un sujet d’inquiétude pour 57% des personnes interrogées.

Selon l’étude IFOP pour l’Atelier BNP Paribas (pdf), les craintes en matière de protection des données personnelles sont un des principaux freins à l’achat, comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous :

Les principales raisons de non-achat d'un objet connecté selon l'IFOP

Les principales raisons de non-achat d’un objet connecté selon l’IFOP

La crainte apparaît moins forte dans le Baromètre Syntec Numérique – BVA sur les objets connectés, puisque seulement 12% des sondés s’y inquiètent de la capacité des objets connectés à recueillir et à analyser des informations personnelles et confidentielles.

L’enquête de TNS Sofres réalisée fin 2014 pour La Fondation de La Mutuelle générale montre des inquiétudes des consommateurs sur le coût pour les malades ou la société ainsi que « l’impact des données captées sur l’intimité des individus ».

Enfin, selon l’étude The Links, les objets connectés sont perçus comme pouvant être un facteur d’une certaine intrusion dans la vie privée pour 76% des sondés.

Autant de craintes que renforceraient sans doute la lecture de l’étude de Fortify (pdf), une filiale de HP, selon laquelle 80% des objets connectés présenteraient des failles en matière de protection des données personnelles ! (voir résumé de cette étude ici)

Mais les consommateurs ne sont pas seuls face à ces craintes : des tiers peuvent jouer un rôle de tiers de confiance. C’est ce que nous verrons dans le prochain article.

Les consommateurs sont-ils prêts à acheter des objets connectés ? Partie 3 : Les intentions des consommateurs

Face aux chiffres cités dans le précédent article de cette série, difficile de savoir quelle proportion exacte de consommateurs est prête à acheter des objets connectés.

Le chiffre du rapport de Baird cité dans le premier article de cette série (85% des personnes interrogées disent ne pas vouloir acheter de bracelet connecté) est présenté comme négatif par Fortune et Business Insider, mais cela laisse quand même 15% d’intention d’achat sur cette seule catégorie des bracelets connectés, ce que je trouve pas mal pour un marché qui démarre seulement. 15% des adultes américains, ça fait quand même pas mal, non ?

D’ailleurs, certains sondages donnent même des chiffres encore plus modestes !

C’est le cas de l’étude EBG-Harris Interactive d’octobre 2014 qui indique des pourcentages d’intention d’achat allant de 3% à 6% selon les catégories.

Les intentions d'achat des français en matière d'objets connectés selon l'EBG et Harris Interactive (source).

Les intentions d’achat des français en matière d’objets connectés selon l’EBG et Harris Interactive (source).

Présentant cette infographie, le site Zdnet commente : Les objets connectés font la une de la presse IT depuis plusieurs mois, chacun pariant sur une explosion de la demande à court terme (…) Reste la question de la demande : sera-t-elle dans un premier temps issue des technophiles ou du grand public ? En France en tout cas, il ne semble pas que le mass market soit prêt, si on en croît cette étude (…) Harris Interactive et l’ebg montrent que les intentions d’achat stagnent, sauf chez les technophiles.”

De son côté, une étude Deloitte d’octobre 2014 avance le chiffre de 8% pour les montres intelligentes et 9% pour les fitness trackers (intentions d’achat dans l’année). Ce qui n’empêche pas Deloitte d’estimer que les consommateurs commencent à être séduits et que “cet équipement devrait encore croître dans l’année à venir” ! Ni d’estimer dans d’autres rapports de Deloitte US début 2014 (pdf) que le marché des objets connectés « mettables » (wearables devices) est florissant et pourrait générer 3 milliards de dollars en 2014.

Les intentions d'achat des français en matière d'objets connectés selon Deloitte (source).

Les intentions d’achat des français en matière d’objets connectés selon Deloitte (source).

Selon une étude menée par IFOP pour l’Atelier BNP Paribas fin 2013 (pdf), 12% des sondés prétendent vouloir s’équiper d’objets connectés d’ici 2017, ce qui ferait 11 millions de français équipés à cette date. Le chiffre grimpe à 25% chez les cadres.

On trouve aussi des études qui avancent le même chiffre que le sondage de Baird. C’est le cas de l’étude Best of Content / Easypanel de novembre 2014 sur les intentions d’achat des français pour Noël : 15% des sondés par cette étude souhaitaient acheter un objet connecté à Noël. Et pour 44% d’entre eux, il s’agissait d’une montre connectée.

D’autres sondages donnent en revanche des chiffres plus élevés.

C’est le cas de l’Observatoire des objets connectés, publié par l’IFOP en novembre 2014, qui donne des chiffres allant de 8% à 21% selon les catégories.

Les intentions d'achat des français par catégorie d'objets connectés selon l'IFOP.

Les intentions d’achat des français par catégorie d’objets connectés selon l’IFOP.

Selon une étude Havas Média – CSA réalisée fin 2013 les intentions d’achat des français seraient les suivantes :

  • les montres connectées (31 %)
  • les voitures (27 %)
  • les bracelets (27 %)
  • les lunettes connectées à 24 %
  • un réfrigérateur connecté ou un stylo connecté à 23 %
  • des chaussures, vêtements ou pèse-personnes connectés à 22 %
  • puis une brosse à dents connectée à 20 %

Mais j’ai un doute sur ces chiffres : s’agit-il du pourcentage des personnes interrogées ou des personnes qui ont montré un intérêt pour chacune des catégories concernées ? Ce n’est pas la même chose !!!

On trouve des chiffres encore plus élevés dans l’étude Médiamétrie Web Observatoire Q3 2014, selon laquelle 51% des personnes interrogées envisageraient d’acheter un objet connecté.

51% des français envisageraient d'acheter des objets connectés selon Médiamétrie !

51% des français envisageraient d’acheter des objets connectés selon Médiamétrie !

La palme revient à l’étude de l’agence The Links selon laquelle 68% des Français ont l’intention d’acheter un objet connecté, rien que ça !! Parmi eux, 59% le feraient pour équiper leur auto, 56% pour équiper leur maison, 52% pour une utilisation multimédia et 47% pour surveiller leur santé.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les chiffres font le grand écart d’une étude à l’autre ! Il n’est d’ailleurs pas toujours facile de les interpréter : sur quelle base se fondent-ils (français, internautes, geeks…) ? A quelle période de temps font-ils référence (achat à 6 mois, dans l’année, parfois plus) ? Etc.

Changeons donc de perspective et voyons maintenant ce que pensent les consommateurs des objets connectés, indépendamment de leurs intentions d’achat.

Si les chiffres des intentions d’achat ne sont pas toujours très clairs ni fiables, on constate en revanche un intérêt plus franc des français pour les objets connectés. Plus franc, mais pas unanime…

Ainsi, l’étude EBG-Harris Interactive d’octobre 2014 (voir en infographie) révèle des français encore dubitatifs :

  • 64% pensent que les objets connectés sont des gadgets dont on peut se passer.
  • mais 62% pensent malgré tout que les objets connectés vont se généraliser auprès du grand public

On retrouve cette même seconde conviction dans les résultats de l’étude réalisée par l’Institut CSA pour Havas Media France en janvier 2014 : 57% des internautes estiment que les objets connectés seront généralisés dans les cinq prochaines années. Lorsqu’on leur demande pourquoi, 75% répondent qu’il s’agit d’un progrès et 71% pensent que le succès de ces objets est dû au fait qu’ils nous facilitent la vie.

Dans la version 2013 de la même étude, Havas Média & CSA indiquaient que 63% des français étaient favorables au développement des objets connectés.

L’étude Que Choisir réalisée fin 2014 révèle quant à elle des français plus convaincus puisque 54% les trouvent destinés à tous contre 46% qui les trouvent réservés aux technophiles. Et 52% utiles pour la santé tandis que 48% pensent que ce sont des gadgets inutiles.

Le domaine de la santé est sans doute l’un de ceux qui fait le plus l’unanimité, même si l’étude IFOP pour l’Atelier BNP Paribas (pdf) indique que « 62% des Français n’estiment pas que les objets connectés pourraient être considérés comme des soins médicaux à part entière, même dans un avenir indéterminé ». Alors même que 50 % des possesseurs les utilisent principalement pour surveiller ou améliorer leur santé !

Toutefois, de nombreux français semblent convaincus de l’intérêt des objets connectés pour améliorer l’autonomie des personnes dépendantes ou malades. Ainsi, la société DMD Santé a présenté un rapport lors du festival Communication Santé de Deauville, en novembre 2014, dans lequel elle déclare que 58% des personnes âgées seraient prêtes à utiliser des objets connectés liés à la santé si leur médecin le leur recommande (source).

De la même manière, l’enquête de TNS Sofres réalisée fin 2014 pour La Fondation de La Mutuelle Générale montre que les français plébiscitent les technologies connectées pour la prise en charge des personnes en perte d’autonomie puisque 93% des personnes interrogées estiment que ces outils peuvent permettre de mieux prendre en charge et faciliter le quotidien des malades.

Les impacts positifs des technologies connectés pour les malades selon une enquête de TNS pour La Mutuelle Générale

Les impacts positifs des technologies connectés pour les malades selon une enquête de TNS pour La Mutuelle Générale

La Poste, avec OpinionWay, a également publié une étude (pdf), fin 2014, dans laquelle les français plébiscitent les usages des objets connectés en matière de service de proximité, d’habitat et de santé et bien-être :

Un extrait de l'étude La Poste - OpinionWay sur les intérêts des objets connectés selon les français.

Un extrait de l’étude La Poste – OpinionWay sur les intérêts des objets connectés selon les français.

Enfin, selon le Baromètre Syntec Numérique – BVA des objets connectés, “près de 90% des personnes interrogées considèrent le développement des objets connectés comme une véritable avancée”. Et “une grande majorité des personnes interrogées souhaitent qu’ils soient développés en priorité pour la santé (64 %), la sécurité (60 %) et l’amélioration de la vie quotidienne (30 %) ».

Dans son rapport Tech Trends 2014 (pdf), Deloitte rappelle d’ailleurs que « Gartner prévoit que le revenu mondial des terminaux, applications et services liés aux « wearables » dans les domaines du fitness et de la santé va passer de 1,6 milliard de dollars US en 2013 à 5 milliards d’ici 2016 ».

Si l’intérêt des français pour les objets connectés semble donc avéré, ils émettent cependant quelques doutes qui expliquent en grande partie les freins à l’achat ou à l’usage que l’on rencontre encore aujourd’hui. C’est ce que nous verrons dans le prochain article de cette série.