Photographie panoramique : les dimensions de l’image présentée

Photo panoramique > Variantes > (2) La manière dont la photo est présentée > (2.2) Les dimensions de l’image.

[Ce texte est un brouillon]

(2.2) Le deuxième paramètre relatif à la manière dont la photo panoramique est présentée concerne les dimensions de l’image.

La question des dimensions de l’oeuvre présentée se pose différemment suivant que l’image est présentée sur un support analogique, sur un support numérique ou via une projection.

Les supports analogiques

Dans le cas d’un support analogique, on peut distinguer deux cas de figure :

  • Les photos particulièrement longues (mais pas forcément larges ou hautes)
  • Les photos de grande surface (aussi bien larges que longues)

a) Le cas des photos ultra longues est bien représenté par les oeuvres de ce type d’Ed Ruscha, Robbert Flick ou Esteban Pastorino Diaz. Chacun d’eux, ou les institutions qui les ont exposés, ont pu expérimenter des dispositifs différents.

Lorsqu’il s’agit d’un livre, les auteurs optent généralement pour un livre dépliable. C’est le cas d’Ed Ruscha notamment.

Lorsqu’il s’agit d’une exposition, on trouve différents dispositifs.

La plupart du temps, Esteban Pastorino Diaz expose le négatif de sa photo, qu’il affiche devant une visionneuse ou un dispositif lumineux qui éclaire le négatif, comme une visionneuse de diapo.

Le négatif rétro-éclairé présenté au mur (

Le négatif rétro-éclairé présenté au mur (Exposition ArteBA, Rotterdam, 2012)

Dans certains cas, il expose le négatif intégralement déroulé le long d’un mur, comme c’est le cas dans les expositions ci-dessous. Les spectateurs se déplacent alors le long du négatif.

La photo panoramique de Buenos Aires, d'Esteban Pastorino Diaz, exposée à la XIème Biennale de Cuenca, Equateur, 2011

La photo panoramique de Buenos Aires, d’Esteban Pastorino Diaz, exposée à la XIème Biennale de Cuenca, Equateur, 2011 (source).

La même photo exposée à Cordoba, Argentine, en 2011.

La même photo exposée à Cordoba, Argentine, en 2011 (source).

Dans d’autres cas, le négatif n’est pas intégralement déroulé : il est monté sur un dispositif contenant une visionneuse centrale et deux rouleaux à chaque extrémité pour dérouler le négatif dans un sens ou dans l’autre.

Esteban Pastorino Díaz, “Human Race Viewer”, 2009

Esteban Pastorino Díaz, “Human Race Viewer”, 2009. Ici, la visionneuse est placée sur un support horizontal.

Ici la visionneuse est présentée au mur (Exposition ArteBA, Rotterdam, 2012)

Ici la visionneuse est présentée au mur (Exposition ArteBA, Rotterdam, 2012)

b) Dans le cas des photos de grande surface, il faut distinguer les photos argentiques développées et les photos imprimées.

Les photos argentiques développées (tout sur page wikipedia) :

  • The Great Picture
  • photo musée Canada
  • photo famille royale anglettere

Dans le cas des photos imprimées, on touche là à la question de l’affichage grand format. Il existe effectivement de nombreuses techniques permettant d’imprimer et d’afficher des photos sur de très grands formats.

Cet affichage grand format peut prendre la forme d’un affichage cylindrique, comme dans le cas des Panoramas XXL de Yasegar Asisi.

Les supports numériques

Dans le cas d’un support numérique, on peut distinguer deux cas de figure :

  • Soit le support lui-même est de grande dimension.
  • Soit il est de dimension classique.

a) Les supports numériques de grande dimension

A venir

b) Les supports numériques de dimension classique

Les supports numériques classiques que sont les ordinateurs, tablettes ou smartphones offrent le gros avantage d’être dynamiques. Ils permettent donc de se déplacer dans l’image et d’y effectuer des zooms (si l’interface de visualisation le permet). A partir de là, plusieurs cas sont possibles.

Si on présente la photo panoramique géante dans son intégralité mais de manière statique, via une photo basse résolution simplement intégrée sur une page web par exemple, comme c’est le cas sur la page Wikipedia de The Great Picture par exemple, cela permet d’en avoir une vue d’ensemble mais aux dépends de la vue détaillée. On peut éventuellement zoomer dans la photo à hauteur de ce que permet sa résolution mais c’est vite limité.

Par contre, si on présente la photo dans une visionneuse ou un dispositif de visualisation qui permet de se déplacer dans la photo et éventuellement d’y zoomer si la photo est en haute résolution, l’exploration est beaucoup plus riche.

Dans le cas des photos panoramiques ultra-longues, la modalité de navigation la plus classique est celle de la barre de scroll. Des variantes existent. Cette page présente par exemple une visionneuse interactive ultra simple des panoramas d’Esteban Pastorino Diaz : il suffit de placer son curseur dans la zone de la photo et de le déplacer vers la droite ou la gauche pour déplacer la photo d’autant. Mais

Dans le cas des photos panoramiques grand format qui prétendent battre le record de la plus grande photo au monde, elles sont généralement visibles via une visionneuse qui permet selon les cas :

  • de se déplacer à l’horizontal à 360° si la photo est cylindrique (Cf. panorama du Mont Blanc)
  • de se déplacer à 360° dans toutes les directions si la photo est sphérique (Cf. panorama de Londres)
  • de zoomer (Cf. les deux exemples précédents)
  • d’afficher des informations interactives sur la photo (Cf. panorama du Mont Blanc)
  • etc.

 

Les projections

A venir