Télécommandes de courses, Boutons d’achat physiques, Frigo connecté… : achetez directement depuis votre cuisine !

Une autre manière pour les marques et les e-commerçants de jouer la carte de l’achat instantané consiste à proposer un canal exclusif et direct, simple et raccourci entre le consommateur et la marque pour permettre l’achat d’un produit. C’est ce que l’on voit apparaître depuis quelques années avec des marques qui testent non pas des boutons numériques d’achat dans les sites web, mais des boutons physiques dans les cuisines, des télécommandes d’achat ou bien encore qui misent sur le développement des appareils ménagers connectés (frigo, cafetière, etc.).

1. Les boutons physiques

Je ne sais pas de quand date le premier bouton d’achat physique. Mais l’un des premiers que je connaisse a été créé début 2012 par le restaurant Red Tomato Pizza de Dubaï. Il s’agissait d’un magnet de frigo, le « VIP Fridge Magnet« , qui permettait de commander des pizzas d’une simple pression sur l’unique bouton du magnet.

 

Quelques mois plus tard, en juin 2012, Evian lui emboîtait le pas et proposait à ses consommateurs de commander leurs bouteilles d’eau en utilisant un magnet connecté appelé Smart drop. Ce dernier avait été imaginé par BETC et Joshfire.

 

Depuis, d’autres entreprises s’y sont mises (Nous parlerons tout à l’heure des boutons d’Amazon). C’est même devenu une vraie mode. On trouve d’ailleurs des boutons connectés pour une multitude d’usages autres que l’achat. Darty, par exemple, a créé un bouton connecté pour renforcer sa relation client (2014).

2. La commande connectée de Chronodrive (Auchan)

Plus récemment, en mars 2015, Chronodrive, la filiale drive d’Auchan, a lancé Izy, un service qui permet à ses clients de faire leur panier de courses en ligne plus rapidement. Pour cela, le service est accompagné d’une commande connectée qui s’aimante sur le frigo. On peut l’utiliser de deux manières : soit en scannant un code-barres, soit en lui dictant le nom des produits à acheter. L’info est transmise par wifi à l’appli Chronodrive. Elle s’ajoute au panier de courses en cours. Dès que le consommateur valide son panier sur l’appli Chronodrive, la commande est passée auprès du service. Il ne reste plus qu’à aller chercher les courses au Drive. Le bouton évite donc au consommateur de se connecter au site web de Chronodrive pour faire sa liste de courses.

 

Comme l’explique dans Challenge Rodolphe Bonnasse, PDG de CA Com, « cela s’inscrit dans la volonté des commerçants de supprimer toute friction dans le parcours d’achat pour l’accélérer ». C’est exactement l’enjeu de toute démarche d’achat instantané. Et apparamment, cela marche puisque d’après le magazine, « le panier moyen des 150 foyers qui ont testé Izy a augmenté de 5%. Une bonne façon de fidéliser le client, mais aussi de réintroduire les achats d’impulsions, qui avaient pratiquement disparu avec le drive: la bouteille de votre boisson préférée est presque terminée? Hop, un scan. »

D’après les responsables de Chronodrive, 30% des produits sont ajoutés par scann et 70% par commande vocale !

La commande de Chronodrive n’a pas été fabriqué exprès. La filiale d’Auchan utilise la commande fabriquée par la société californienne Hiku.

Pour Philippe Huot-Louradour, directeur général de Fullsix, cité lui aussi dans Challenge, « l’objet connecté permet de démultiplier les occasions de contact entre le distributeur et le client, sans réclamer d’effort de la part du consommateur. C’est la meilleure façon d’augmenter le taux de transformation. » Et Challenge d’indiquer que Intermarché, Carrefour, Système U… travaillent tous sur le sujet. 

3. La télécommande et les boutons physiques d’Amazon

En avril 2014, Amazon a commencé à tester une télécommande d’achat nommée Dash. Assez similaire, fonctionnellement parlant, à la commande Hiku utilisée par Chronodrive, Amazon Dash est dotée d’un lecteur optique de code-barres, d’un micro et d’un dispositif de reconnaissance vocale. Comme Hiku, elle permet de faire une liste de courses ou bien en scannant les codes-barres des produits ou bien en dictant leur nom dans le micro. Connectée au réseau Wi-Fi de la maison, elle envoie ensuite le contenu du panier à l’application mobile Amazon Fresh (web ou mobile, Android et iOS), qui permet ensuite de passer la commande. Amazon assure une livraison à domicile le jour même pour 35 $ ou le lendemain gratuitement. Dash est encore en période d’essai en septembre 2015. Le service est accessible sur invitation d’Amazon. Il est testé uniquement dans 3 villes des États-Unis : San Francisco, Seattle et Los Angeles.

La télécommande d'achat Amazon Dash

La télécommande d’achat Amazon Dash

Un an plus tard, le 1er avril 2015 (et ça n’était pas un poisson d’avril !), Amazon annonçait cette fois-ci qu’il lançait des boutons d’achat Dash. Il s’agit de boutons physiques sur lesquels il suffit d’appuyer pour commander le produit pour l’achat duquel le bouton est programmé. Vous pouvez ainsi coller un bouton sur votre machine à laver pour commander votre lessive, sur la cafetière pour commander le café, ou dans n’importe quel placard pour commander n’importe quel produit de votre choix… enfin : dans la limite de ceux disponibles pour l’opération sur le site d’Amazon évidemment ! Car a priori, pour l’instant, seulement “une vingtaine de marques ont signé un partenariat avec la marque américaine : Gilette pour commander des rasoirs, Huggies pour des couches, Maxwell pour du café ou encore Cottonelle pour du papier toilettes.”

Les Amazon Dash Buttons

Les Amazon Dash Buttons

Les boutons Dash doivent évidemment être commandés auprès d’Amazon. Le produit pour l’achat duquel ils sont programmés peut être géré par l’utilisateur via son compte client en ligne. Rue89 indique qu’il s’agit là d’“une liberté tout relative : après cette opération, le client achètera sans connaître les variations de prix, comme le précisent les conditions d’utilisation : « Le coût total facturé pour chaque commande tiendra compte du prix du produit au moment où l’ordre de commande est effectué. »

Les produits commandés par le biais des Dash buttons sont livrés en 24h.

Comme l’explique encore Rue89, “il s’agit en fait d’une version physique de « l’achat en un clic » promu sur Amazon. L’idée étant de réduire au minimum le nombre d’actions à effectuer pour se procurer un produit.” Nous sommes là au coeur de l’achat instantané.

Comme le dit encore le site web d’Europe 1“Pas besoin de se connecter au site Amazon, de rentrer ses identifiants, son mot de passe, de chercher le produit, de payer et de valider la commande, tout se fait automatiquement.”

Notons qu’Amazon a pensé aux erreurs de commandes : en cas d’appui involontaire sur un bouton ou pour parer la mauvaise blague d’un enfant, une alerte est systématiquement envoyée sur votre smartphone et chaque nouvelle commande d’un produit est bloquée tant que la précédente n’a pas été livrée.

4. Les boutons connectés à programmer

Dans le même esprit, il existe des boutons a priori universels dont l’usage peut être géré par l’utilisateur via un service en ligne. On peut ainsi associer une pression sur ce bouton à l’achat de tel ou tel produit.

5. Les frigos connectés

Je cite encore Rue89 : « Et après ? Amazon a déjà prévu le coup suivant et le rêve du réfrigérateur intelligent revient par la fenêtre. Avec le programme Dash Replenishment Service, lancé dans la foulée du bouton, certains appareils électroménagers seront dotés d’une option de commande automatique lorsque les consommables sont à sec. Annoncé pour des cafetières, des machines à laver ou des imprimantes, le service n’est disponible que pour quelques bêta-testeurs du programme Prenium d’Amazon. »

Mais tout cela est un peu une arlésienne pour Rue89 qui évoque « l’horizon toujours repoussé des frigos connectés qui commanderaient eux-mêmes les articles à renouveler ».