8. Les guides participatifs et ceux qui utilisent des données d’usage

Miser sur le social est un autre levier que permet le numérique : « je veux aller là où sont allés mes amis, surtout là où ils ont apprécié d’aller ! » Des applications se développent donc qui permettent ainsi à chacun de dresser la carte de ses lieux favoris et de la partager avec ses amis. D’autres misent plutôt sur l’analytique des données de parcours des individus dans les villes, pour vous indiquer là où vous devez aller ou pas.

Les guides participatifs : on est tous des guides !

Lancé en juillet 2013, Pica Pica est un réseau social sur mobile (disponible uniquement sur iOS) qui invite ses utilisateurs à partager et à découvrir leurs endroits préférés partout dans le monde : ça peut être un restaurant, un magasin, un point de vue, un monument, peu importe… Pour signaler un lieu, il suffit d’un check-in, d’une photo et de quelques mots. Un lieu signalé, c’est un “pick” dans le langage de l’application. Chaque “pick” est évidemment géolocalisé et peut être retrouvé sur une carte. On peut suivre les “picks” de ses amis en s’abonnant à leur profil. Quand un “pick” vous plaît, vous pouvez le “repicker”. L’application vous averti ensuite lorsque vous passez à proximité d’un endroit que vous avez “repické”.

Comme le disent les créateurs de l’application, “Pica Pica permet de garder une trace de ses bonnes expériences locales aussi bien dans sa ville qu‘en voyage. C’est avant tout un réseau social. En suivant petit à petit les personnes qui vous ressemblent, vous allez pouvoir redécouvrir votre ville.” (source).

vidéo dispo ici : http://www.maddyness.com/startup/2013/07/23/pica-pica/

à lire : http://www.presse-citron.net/la-start-up-francaise-de-la-semaine-pica-pica/

Dans le même registre, il y a eu également Deapz. Lancée quelques mois après Pica Pica, j’ai l’impression que cette application n’est plus disponible aujourd’hui. Deapz était très proche de son aînée à quelques détails près. Parmi les rares points en moins, on peut noter l’absence d’alerte lorsque vous approchiez d’un lieu signalé par un ami. En termes de similitudes, l’application était elle aussi disponible uniquement sur iOS. Mais Deapz contenait surtout quelques fonctionnalités supplémentaires qui en faisaient tout l’intérêt. Tout d’abord, vous n’aviez pas besoin d’être présent sur place pour signaler un lieu. ça n’était donc pas un check-in, ce qui rendait le signalement plus souple, moins contraignant. Selon Fabien Bouchard, le créateur de Deapz (et créateur par ailleurs du webzine Ufunk), cela permettait aussi un meilleur respect de la vie privée puisqu’on ne pouvait pas retracer vos déplacements à partir des lieux que vous signaliez. Autre différence, les cartes éditées via Deapz, étaient également consultables sur internet. Vous pouviez ainsi les partager avec des amis qui n’avaient pas l’application : il leur suffisait de se connecter à l’url que vous leur envoyiez par email. Enfin, vous pouviez aussi partager vos lieux et vos cartes via les réseaux sociaux (Facebook & Twitter).

A lire :

Si vous voulez suivre le troupeau… intelligemment

Taxi Trails est un service proposé par la compagnie Taxi Stockholm 15 00 00, dont j’ai déjà parlé dans l’article sur les traces de l’histoire, à propos d’un autre service. Voilà donc une compagnie de taxis diablement dynamique et créative. J’en connais qui devraient prendre exemple (suivez mon regard…) ! Bref, revenons à Taxi Trails. Accessible via mobile ou sur internet, le service permet de connaître les lieux de la ville les plus fréquentés par les autochtones. Ces lieux ont été identifiés sur la base du suivi GPS des 8 millions de trajets de taxis assurés chaque année par la compagnie ! Le service repose sur l’idée que la meilleure manière pour un touriste de visiter une ville consiste à marcher dans les pas de ceux qui l’habitent au quotidien.

L’application affiche les centres d’intérêts par zones géographiques. Elle permet de commander un taxi pour s’y rendre. Elle dispose aussi de fonctionnalités de filtres selon que vous voulez connaître la fréquentation de jour ou de nuit. Vous pouvez même filtrer par typologie d’habitant (chic, branchés…), celle-ci étant établie suivant le quartier d’origine de la course de taxi !!!

A lire (avec une vidéo) :