L’essor des vidéos 360° – 4) Les catalogues de films s’étoffent et les expériences de tournage se multiplient – Usage n°7 : Les documentaires

Déjà publiés :

❧❧❧

Usage n°7 : Réaliser des documentaires (journalisme et activisme)

L’impact créé par la vidéo immersive amène les journalistes et les réalisateurs de documentaires à explorer ce nouveau média.

De plus en plus d’articles sont d’ailleurs consacrés à son potentiel impact sur le journalisme et les documentaires :

Dans les faits, qu’en est-il des réalisations dans ce domaine ?

Elles sont assez récentes, mais on constate un réel engouement. L’un des premiers exemples que j’ai identifié est le documentaire Zero Point, sorti en fin d’année dernière. Comme souvent dans ces cas là, le documentaire est assez tautologique puisqu’il parle… de réalité virtuelle !!

Comme l’indique le site web Aruco, « Zero Point traite du sujet de la réalité virtuelle, de ses bienfaits mais aussi de ses dérives. Pourrait-on perdre la notion du réel..? oublier ce qui est virtuel de ce qui ne l’est pas…? » D’une durée de 20 mn, le film a été tourné par Danfung Dennis, déjà réalisateur d’un documentaire très remarqué sur la guerre en Afghanistan : Hell and Back Again. Danfung Dennis est également à la tête de la société Condition One, spécialisée dans la réalisation de films pour casques de réalité virtuelle. Pour les heureux possesseurs d’un Oculus Rift, le film est en vente en ligne. Pour les autres, voici la bande-annonce :

 

La vidéo ci-dessous montre également plusieurs extraits du documentaire :

 

A lire sur le sujet :

Quelques semaines après Zero Point, la chaîne franco-allemande Arte proposait à son tour un documentaire de 30 mn entièrement tourné en vidéo 360°. Proposé en marge de la diffusion à l’antenne du documentaire Polar Sea : le passage du nord-ouest, le film Polar Sea 360° est visionnable en ligne ou sur casque de réalité virtuelle, via l’application dédiée Android/iOS d’Arte. Le film a été conçu et réalisé par Thomas Wallner, de la société Deep 360 Inc., dont j’ai déjà parlé dans un précédent article de cette série. Pour le tournage, il a utilisé un module de six caméras GoPro et un logiciel d’assemblage d’images fait maison. L’expérience de visionnage est vraiment saisissante.

Les équipes de Deep 360 Inc. pendant le tournage du documentaire Polar Sea 360.

Les équipes de Deep 360 Inc. pendant le tournage du documentaire Polar Sea 360.

A l’image de Thomas Wallner, de Deep 360 Inc., Chris Milk, de VRSE.works, est également à l’origine de plusieurs documentaires immersifs remarqués.

Je citerai tout d’abord le reportage que lui a commandé le New York Times en avril de cette année, en parallèle d’une autre commande du journal auprès de l’artiste français JR. Ce dernier a installé un collage géant sur un trottoir de Manhattan, à New York. Il a ensuite photographié le collage depuis un hélicoptère. Le cliché a ensuite été utilisé pour faire la une du New York Times Magazine (cf. ci-dessous)

La Une du New York Times Magazine avec le collage géant de JR.

La Une du New York Times Magazine avec le collage géant de JR.

Chris Milk a donc suivi JR pendant la réalisation de cette installation et en a fait un film en vidéo immersive intitulé Walking New York. Le film est visualisable sur Google Cardboard ou Samsung Gear VR via l’application dédiée de VRSE.

Une scène du film en VR de Chris Milk Walking New York

Une scène du film en VR de Chris Milk Walking New York.

A lire sur le sujet :

Quelques semaines plus tôt, Chris Milk avait présenté Clouds over Sidra, un film en vidéo immersive réalisé pour les Nations Unies, en partenariat avec Samsung. Le film a été présenté le 21 janvier au forum économique de Davos pour sensibiliser les puissants de la planète au sort des réfugiés syriens. Le film suit une jeune fille de 12 ans dans un camp de réfugiés en Jordanie. Comme Walking New York, il est visionnable via l’application de VRSE.

Le film Clouds over Sidra, pendant une séance de visionnage, à Davos (Photo: Socrates Kakoulides).

Le film Clouds over Sidra, pendant une séance de visionnage, à Davos (Photo: Socrates Kakoulides).

On voit avec cet exemple, comme avec Polar Sea, que la vidéo immersive est ici utilisée pour sensibiliser et influencer, tout autant que pour simplement informer.

A lire sur ce sujet :

Voilà pour cet usage. Le prochain et dernier volet de cette série sera consacré aux fictions et… à la pornographie, qui s’est évidemment emparé elle aussi de ce média.

Publicités

Une réflexion sur “L’essor des vidéos 360° – 4) Les catalogues de films s’étoffent et les expériences de tournage se multiplient – Usage n°7 : Les documentaires

  1. Pingback: L’essor des vidéos 360° – 4) Les catalogues de films s’étoffent et les expériences de tournage se multiplient – Usage n°8 : Les fictions | Paysages numériques...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s