L’essor des vidéos 360° – 1) Les technologies de tournage se développent

Bien qu’elles existent depuis plusieurs années déjà (quelqu’un sait depuis quand ?), les vidéos à 360° n’ont pour l’instant pas vraiment trouvé leur marché, en tous cas pas en BtoC : le coût des caméras est souvent trop élevé, la qualité est parfois médiocre, et les problématiques techniques sont encore assez nombreuses, par exemple le débit pour la diffusion sur le web. Bref, leur usage est encore limité et elles restent en grande partie cantonnées au marché Pro ou BtoB. Mais plusieurs événements récents pourraient bien changer la donne en ouvrant notamment la voie au marché BtoC.

Plusieurs signaux me font penser cela :

  1. Les progrès des technologies et des appareils de tournage
  2. La diversification des appareils et des interfaces de visionnage
  3. La maturité croissante des acteurs du secteur
  4. Tout cela débouchant sur le développement des catalogues de films et de l’usage par les marques

Je consacrerai un article à chacun de ces points. Commençons par le premier.

1. Les technologies de tournage se développent

Le marché des technologies de capture vidéo à 360° se compose de deux grandes catégories : les caméras autonomes d’un côté, qui se prêtent bien à un usage BtoC, et les dispositifs multi-caméras de l’autre, plutôt destinés aux usages Pro et BtoB.

a) Les caméras autonomes

Elles existent depuis plusieurs années déjà. Mais pour que leur coût reste abordable, les premiers modèles reposaient sur des technologies rudimentaires, dont le résultat n’était pas forcément de grande qualité.

Sony, par exemple, a doté son caméscope Bloggie d’un dispositif qu’on peut ajouter pour réaliser des vidéos 360°. Mais le résultat est très loin des caméras réellement 360° !

La caméra Sony Bloggie avec son prisme pour réaliser des vidéos en 360° (ou presque).

La caméra Sony Bloggie avec son prisme pour réaliser des vidéos en 360° (ou presque).

Plus intéressants selon moi, les dispositifs ingénieux proposés en 2011 par Gopano : l’un permettait de réaliser des vidéos 360° à partir d’un iPhone, l’autre à partir de n’importe quel appareil reflex (voir les vidéos sur le site web). Mais apparemment, si j’en crois justement leur site web, ces deux modèles ne sont plus en vente !

L'étonnant dispositif de Gopano, à fixer sur son smartphone.

L’étonnant dispositif de Gopano, à fixer sur son smartphone.

On peut aussi évoquer le RICOH THETA, toujours en vente quant à lui. C’est d’abord et surtout un appareil photo 360°, mais il permet également de prendre des vidéos 360° de 3 minutes maximum. Certes ses caractéristiques sont donc limitées mais il annonce peut-être l’avènement de produits mixtes, qui auront peut-être plus de chances de devenir mainstream que les caméras dédiées 360°.

Le Ricoh Theta peut filmer des vidéos 360° (ou presque) de 3 minutes maximum.

Le Ricoh Theta peut filmer des vidéos 360° (ou presque) de 3 minutes maximum.

Ces derniers mois ont cependant vu surgir de nouveaux modèles qui rivalisent de miniaturisation, de performance et d’ingéniosité d’usage.

Commençons avec la Bublcam, une caméra canadienne lancée en co-financement sur Kickstarter fin 2013. Elle est aujourd’hui disponible en pré-commande à 800$ pièce. Sa caractéristique clé est de permettre la prise de photos ou de vidéos totalement sphériques ou 360°, c’est-à-dire sans aucun angle mort grâce à 4 objectifs de 190° chacun. Très pratique avec sa taille réduite et toute sa connectique, elle est destinée au grand public bien que son prix soit quand même assez élevé. Elle permet même de diffuser en live ou en streaming grâce à une connexion WiFi! L’équipe travaille également pour permettre la visualisation des photos et des vidéos sur les casques de réalité virtuelle tels que l’Oculus Rift.

La caméra Bublcam

La caméra Bublcam

Poursuivons avec la 360 Fly, qui se veut la plus petite pour être la plus facile à embarquer avec soi, tel un wearable, ou à fixer partout (vélo, skateboard, voiture, surf…). C’est donc le prototype même l’action-cam en 360° ! Si elle est si petite, c’est parce qu’elle est dotée d’un seul objectif, qui propose une vue à 240° en 1504 x 1504.

 

Sur le même principe, on peut aussi citer la Kodak SP360, presque aussi petite que la 360 Fly avec son objectif unique également, mais plus visible dans son boîtier jaune Kodak ! Voir un test complet et élogieux ici.

La caméra Kodak SP360

La caméra Kodak SP360

J’en viens maintenant à la très attendue Giroptic 360cam, une caméra française qui se présente comme la première caméra HD 360°. Elle avait beaucoup fait parler d’elle, début 2014, quand elle avait récolté plus de 1,4 million de dollars sur Kickstarter, devenant ainsi le projet français le mieux doté sur cette plateforme. Compacte, elle est également très polyvalente puisqu’elle peut se fixer sur une douille d’ampoule pour filmer tout ce qui se passe dans une pièce, et qu’elle est étanche pour filmer dans l’eau. Elle joue donc, elle aussi, dans la cours des action-cam. Dotée de 3 objectifs à 185°, elle réalise des vidéos full HD en 2040×1024. Comme la Bublcam, elle peut se connecter en WiFi pour offrir du streaming vidéo en live vers un ordinateur ou un terminal mobile (Android et iOS). Moins chère que la Bublcam, elle est en pré-commande à 500 euros.

 

On ne peut pas évoquer la caméra Giroptic sans parler de sa cousine, la Geonaute 360 cam, une action-cam développée elle aussi par Giroptic mais pour Geonaute, la filiale de Decathlon. Bénéficiant de ce partenariat entre une startup et un grand groupe, tous les deux de la région lilloise, Giroptic a ainsi pu se faire la main sur ce premier modèle avant de lancer le sien propre, dont on vient de parler. La Geonaute est en pré-commande à 400€.

La Geonaute 360cam et ses accessoires

La Geonaute 360cam et ses accessoires

Enfin, je citerai rapidement la société IC Real Tech, qui fabrique elle aussi plusieurs caméras 360°, ainsi que Tamaggo ou encore Centr Cam.

Bref, les choses bougent beaucoup sur le marché des caméras vidéos 360° autonomes. Et cela va franchement dans le sens d’une plus grande démocratisation.

Un beau panorama de quelques modèles en vogue de caméras 360°

Un beau panorama de quelques modèles en vogue de caméras immersives.

b) Les dispositifs multi-caméras

De l’autre côté, on trouve des assemblages de caméras ou dispositifs multi-caméras ou rig. Pendant longtemps, ils ont été fabriqués et utilisés uniquement par des sociétés spécalisées sur le marché Pro ou BtoB.

Immersive Media, par exemple, est une société américaine pionnière sur ce marché. Elle propose ses propres caméras : Hex et Quattro. Même chose avec Panocam3D, qui propose elle aussi ses propres caméras. Ou encore avec la société française Digital Immersion. On trouvera aussi de nombreux modèles sur le site 360heros.com. Il y en a certainement d’autres que je ne connais pas. N’hésitez pas à me les signaler !

Mais, très récemment, les acteurs du marché BtoC se sont à leur tour lancés dans la course.

Le 27 mai dernier, GoPro a annoncé qu’il allait commercialiser fin 2015 un rig de 6 caméras pour réaliser des vidéos immersives à 360° (« Six Camera Spherical Array »). Comme le précise Mashable : “La plupart des gens ne peuvent évidemment pas se permettre d’acheter six GoPro. Woodman [le CEO de GoPro] a déclaré que cette plate-forme sphérique est surtout destinée aux amateurs éclairés, aux Pros et aux marques qui cherchent à créer des contenus immersifs en réalité virtuelle”. Le dispositif devrait en effet coûter entre 1500 à 2000 euros !!! Il sera en vente d’ici la fin de l’année.

Le rig de 6 caméras de GoPro.

Le rig de 6 caméras de GoPro.

Le lendemain même, c’était au tour de Google d’annoncer le projet Google Jump, lors de sa grand’messe annuelle, la conférence Google I/O. Google Jump est un projet original à plus d’un titre : ça n’est pas à proprement parlé un rig multi-caméras fabriqué et vendu par Google, mais plutôt un modèle d’anneau circulaire composé de 16 caméras. Ce modèle est proposé en open-source, ce qui permet à n’importe qui de se fabriquer son propre rig, par exemple avec une imprimante 3D. Mais les fabricants peuvent aussi se l’approprier et le modifier pour proposer leur propre dispositif. Le premier rig réel construit sur ce modèle l’a été par GoPro (encore eux), avec des caméras HERO4, ce qui a beaucoup intrigé car jusqu’à présent il n’était pas possible de synchroniser ces caméras entre elles.

Le rig Google Jump proposé par GoPro est composé de 16 caméras HERO4

Le rig Google Jump proposé par GoPro est composé de 16 caméras HERO4

Ce modèle est associé à un logiciel en ligne, Jump Assembler, qui permet d’assembler les vidéos issues des 16 caméras en un seul film sphérique et stéréoscopique, c’est-à-dire avec un effet de parallaxe. Le tout est évidemment destiné à être diffusé et lisible sur YouTube et Google Cardboard (via l’application Android dédiée). D’après les premiers testeurs, l’effet stéréoscopique sur Cardboard est impressionnant. Comme l’indique FrAndroid, avec Jump, Google propose “un écosystème complet pour créer et consommer des vidéos de réalité virtuelle. (…) Le projet Jump va assurément accélérer la création de contenus VR. Quant à Google, il a un pied dans toute la chaîne de valeur, de la création de contenus à leur distribution.”

Les 3 composantes du programme Google Jump : un modèle de dispositif multi-caméras, le logiciel Jump Assembler et le player vidéo 360°.

Les 3 composantes du programme Google Jump : un modèle de dispositif multi-caméras, le logiciel Jump Assembler et le player vidéo 360°.

Autre acteur BtoC à s’intéresser aux dispositifs multi-caméras 360° : Samsung, avec son Project Beyond. Le fabricant coréen du casque Gear VR propose donc ce disque noir composé de 16 + 1 caméras qui filment en Full HD et peuvent streamer en live en WiFi.

 

Comme on le voit, les initiatives foisonnent pour rendre accessible au plus grand nombre l’enregistrement de vidéos à 360°. Certes le chemin est encore long mais il progresse de plus en plus vite sous l’impulsion de startups orientées BtoC (Giroptic, Bublcam…), ainsi que des acteurs clés du marché de la vidéo BtoC (GoPro et ses action-cams) ou encore des fabricants de casques de réalité virtuelle (Google, Samsung) qui remontent la chaîne de valeur.

Et ils la redescendent aussi, comme nous le verrons dans la deuxième partie de cet article, dédiée au développement des services et des devices de visionnage.

Advertisements

2 réflexions sur “L’essor des vidéos 360° – 1) Les technologies de tournage se développent

  1. Pingback: L’essor des vidéos 360° – 2) Les devices et les services de visionnage se multiplient | Paysages numériques...

  2. Pingback: Quand un robot de téléprésence rencontre un casque Oculus Rift… | Paysages numériques...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s