Lorsque les écrans se déplacent à dos de robots

J’ai déjà eu l’occasion d’aborder dans un précédent article le projet Isobar Explorer qui utilisait un robot doté d’une caméra et d’un écran pour permettre à des candidats au recrutement de discuter avec des salariés de l’agence Hypermédia Isobar de Varsovie. Depuis, j’ai découvert d’autres robots assez similaires, que l’on pourrait classer dans deux catégories. Les premiers sont dotés d’une caméra et d’un écran. Ce sont souvent des solutions professionnelles de vidéoconférence. Les seconds utilisent un système de projection d’image et sont pensés pour un usage familial ou domestique.

1. Les robots sont-ils l’avenir de la vidéoconférence ?

Ces dernières années, plusieurs sociétés (spécialisées ou non dans la vidéoconférence) ont développé des robots dotés d’une caméra et d’un écran pour rendre les vidéoconférences plus faciles et plus souples en les rendant mobiles, créant ainsi des solutions de téléprésence.

C’est le cas de Double Robotics et de son robot Double, annoncé en 2012 puis mis sur le marché en 2013. Ce dernier ressemble à un Segway miniature doté d’une perche au sommet de laquelle figure un cadre sur lequel on peut fixer un iPad, relié au robot par Bluetooth.

Double, de Double Robotics

Double, de Double Robotics

En utilisant la caméra et le micro de ce dernier, le robot se transforme en solution de téléprésence mobile. Il peut alors être piloté depuis un autre iPad, un iPhone ou un ordinateur, via une application dédiée.

L'écran de contrôle de Double sur l'appli mobile dédiée.

L’écran de contrôle de Double sur l’appli mobile dédiée (source).

Un solution simple et souple puisqu’elle utilise un device externe (l’iPad) que beaucoup possèdent déjà. Un dispositif qui peut aussi s’avérer très ludique, comme le montre la vidéo ci-dessous :

Grand spécialiste de la vidéoconférence, Cisco de son côté a développé en 2013 un robot de téléprésence ambulant, en partenariat avec la société iRobot. Dénommé AVA500, ce dernier se pilote via une application mobile dédiée (pour tablette). Il transporte un écran intégré haute résolution de 21,5 pouces (l’écran EX60 de Cisco), une caméra HD et fonctionne avec le logiciel de vidéoconférence de Cisco.

AVA 500, le robot développé par iRobot et Cisco.

AVA 500, le robot développé par iRobot et Cisco.

Pour ceux qui veulent se faire une idée du robot en action vous pouvez visionner cette vidéo.

A lire également : Cisco et iRobot annoncent le robot Ava 500 à l’occasion du salon InfoComm.

Au-delà du modèle conçu avec Cisco, iRobot possède en fait toute une gamme de robots de téléprésence. Certains sont dédiés au monde médical, d’autres polyvalents. Certains utilisent un écran intégré, d’autres une tablette externe (lire à ce sujet : iRobot’s Ava: Have tablet, will travel)

Un robot de la gamme AVA d'iRobot, qui fonctionne avec un iPad.

Un robot de la gamme AVA d’iRobot, qui fonctionne avec un iPad.

iRobot n’a d’ailleurs pas seulement collaboré avec Cisco, mais aussi avec InTouch Health, une société spécialisée dans la télémédecine, pour développer le robot RP-Vita.

RP-Vita, d'InTouch Health

RP-Vita, d’InTouch Health

InTouch Health propose également un autre robot dédié au secteur médical : RP-7i.

Le robot RP-7i, d'InTouch Health

Le robot RP-7i, d’InTouch Health

Créée en 2001, la société Anybots s’est spécialisée dans les robots de téléprésence. Depuis 2010, elle propose le robot QB, qui ressemble beaucoup à Double avec sa base gyroscopique à 2 roues et sa longue perche où trône ce qui ressemble vaguement à une tête humaine avec un petit écran intégré.

Le robot QB, d'Anybots, en pleine action avec un beau noeud-pap'

Le robot QB, d’Anybots, en pleine action avec un beau noeud-pap’

Parmi les autres sociétés qui produisent des robots de téléprésence, on peut citer Suitable technology et son robot Beam ou encore VGo. D’autres encore existent…

Ces dispositifs offrent de nombreux avantages par rapport aux solutions de vidéoconférence fixes (dans des salles dédiées) ou personnelles (via les desktop). D’une part évidemment ils permettent des vidéoconférences dans n’importe quel lieu de l’entreprise accessible par le robot. Ils permettent ainsi, par exemple, des vidéoconférences sur le lieu même de travail des personnels. Enfin, ils permettent également de réaliser des visites à distance.

En fait, cette mobilité transforme l’expérience de vidéoconférence en véritable expérience de téléprésence. Ce robot qui se déplace et que l’on pilote, de forme presqu’humaine, c’est nous à distance. C’est sans doute pour cela qu’on les habille si facilement, comme on le voit dans la vidéo de Double Robotics ci-dessus ou sur certaines photos.

Par opposition à la seconde catégorie, l’usage de l’écran apparaît ici justifié pour au moins deux raisons :

  • l’affichage de l’image ne doit pas être dépendant de la présence ou non d’une surface adaptée à la projection. Avec un écran intégré, l’appareil est autonome quel que soit la configuration des lieux où il se déplace.

  • et il doit être possible en mouvement.

2. Des robots de projection mobile pour la maison

A l’opposé des robots de vidéoconférence professionnels, on voit également apparaître des dispositifs pensés pour un usage domestique, où le robot ne porte pas un écran mais projette une image. Cette double différence est-elle un hasard ? Certainement pas. Dans le contexte domestique, ce qui prime c’est l’effet et l’expérience plus que l’efficacité (au sens professionnel) et l’autonomie. Bien plus que l’écran (au demeurant forcément réduit sur les robots), le système de projection transforme la vision en expérience immersive, comme au cinéma, et insolite par les lieux dans lesquels il peut projeter.

S’il est un produit qui illustre à merveille cette promesse, c’est bien le robot Keecker, dévoilé voici quelques jours au CES de Las Vegas. Développé par un français, Pierre Lebeau, ancien de chez Google, Keecker est un projecteur mobile sans fil qui peut se déplacer dans la maison pour projeter sur les murs et les plafonds tout ce que normalement vous affichez sur un écran d’ordinateur : films, photos, jeux vidéos, navigation sur le web, vidéoconférence, etc.

Keecker

Le robot Keecker

Doté d’une caméra, il peut aussi vous servir à visionner ce qui se passe dans une autre pièce (un enfant qui dort par exemple) ou dans toute la maison en votre absence. Keecker est également doté de capteurs qui le transforment en objet connecté à part entière, là encore pour surveiller le bruit, la température, le CO2 ou l’humidité dans votre maison. Il possède enfin 6 haut-parleurs qui diffusent le son à 360°.

Bien que riche de fonctionnalités, il se pilote simplement à partir d’un smartphone. Et il ne néglige surtout pas l’esthétique puisque c’est un objet très design avec ses couleurs blanche et noire et sa forme ovoïde !

Bref, un bel objet, qui devrait être commercialisé en 2014. Mais attention le portefeuille !!!

Pour le reste, cette catégorie est encore à vrai dire assez vierge de produits. Je noterais juste qu’un projet similaire semble avoir été imaginé pour un usage médical : il s’agit d’associer le robot humanoïde Nao à un projecteur. Le dispositif a été testé dans le cadre du programme de recherche universitaire KSERA.

Le robot Nao avec un projecteur sur son dos pendant une conversation entre un patient du programme Ksera et un téléopérateur

Le robot Nao avec un projecteur sur son dos pendant une conversation entre un patient du programme Ksera et un télé-opérateur

D’une certaine manière, ces robots, surtout Keecker, ne sont-ils pas les descendants actuels d’un ancêtre de fiction nommé R2D2, avec son projecteur holographique ? Ou de son avatar moderne et éphémère, tel qu’on peut le voir dans cette vidéo de 2008 ? Ou bien encore de ce concept imaginé par Milad Taleghani avec des formes qui étaient très proches de celles de Keecker ?

Ils représentent en tous cas une nouvelle forme de mobilité de l’écran, non pas porté par l’homme sous forme de smartphone ou tablette, mais autonome dans ses déplacements et proposant une image projetée. Autant de différences dans le contexte qui devraient engendrer des usages et des applications différentes… qui restent à imaginer !

Vous avez déjà des idées ?

Publicités

3 réflexions sur “Lorsque les écrans se déplacent à dos de robots

  1. Pingback: Où nous emmènent ces marques qui font campagne à dos de robot ? | Paysages numériques...

  2. Pingback: Apprendre et se cultiver à distance via des robots | Paysages numériques...

  3. Pingback: Quand un robot de téléprésence rencontre un casque Oculus Rift… | Paysages numériques...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s