Des écrans qui jouent à être transparents

Dans mon précédent article, j’ai essayé de catégoriser différents types de juxtapositions ou superpositions d’images dans une autre image. Le point de départ de cette réflexion était un exemple de la catégorie que j’ai appelée “Superposition d’une image d’écran à la réalité dans une image” (Voir mon board Pinterest associé). Cette catégorie pourrait elle-même être subdivisée en plusieurs sous-catégories, notamment si l’on veut bien prendre en considération 2 usages différents des écrans, et plus particulièrement des écrans d’appareils mobiles qui sont essentiellement ceux qui donnent lieu à ce genre de superposition :

  • usage des écrans comme appareils de visée (pour prise de photo ou réalité augmentée)

  • usage des écrans comme appareils de visionnage ou d’affichage (de film, de photos, de documents, de pages web…)

Et voici ce que je disais dans mon article sur la différence entre ces deux usages :

  • “dans le premier cas d’usage, la visée digitale crée une sensation de “transparence” du smartphone qui est selon moi quelque chose d’assez inédit dans l’histoire des appareils de visée dans la mesure où les précédents (lunettes, téléscopes, appareils photo, caméras…) exigeaient le plus souvent de coller l’oeil à l’oeilleton de visée, ce qui annulait l’impression de “transparence” de l’appareil. Ici, l’appareil est regardé à distance et s’efface comme une vitre devant l’image vue “à travers”. Je reviendrai dans un prochain article sur ce que m’inspire cette impression de transparence.

  • à l’inverse, lorsque le smartphone est utilisé comme appareil d’affichage, point de transparence possible ! Ici, clairement, l’image fait écran à la vue de la réalité. Et c’est justement sur cela que jouent les publicités SFR pour créer les effets de juxtaposition que j’ai soulignés au début de cet article. Or, ces effets ne sont possibles qu’au prix de la petite “tricherie” gestuelle que j’ai également évoquée. De ce fait, si on veut bien considérer qu’on a là un exemple de superposition d’image d’écran à la vue de la réalité (l’image affichée par le smartphone se superpose à la vue de la réalité qui se trouve derrière), il y a fort à parier que l’on trouvera peu d’exemples de ce type d’images en vertu du fait qu’elle est liée ici à une petite “tricherie” (mais je ne demande qu’à être démenti, hein ?).”

Ce qui m’intéresse ici, c’est la sensation de transparence. J’indiquais dans le premier paragraphe ce ce précédent article que j’en reparlerai : c’est justement ce que je suis en train de faire. Pour en dire quoi ? Ceci : la transparence, les appareils de visée l’utilisent comme condition de possibilité. Mais ils en sont prisonniers par la même occasion; ils ne peuvent s’en libérer, sans quoi ils ne fonctionnent plus. A l’inverse, dans l’usage des écrans pour le visionnage ou l’affichage, la transparence n’est pas possible, mais par contre on peut s’amuser à la singer, à créer l’illusion de transparence !

C’est exactement ce à quoi ce sont amusés les auteurs des photos ci-dessous :

Or, que remarque-t-on dans ces photos si on les compare à celles de la Box de SFR qui étaient le point de départ de mon précédent article ? Dans celles-ci, les personnes tiennent leur tablette devant leur visage, alors que dans les pubs SFR on voyait une main tendue qui tenait un smartphone tourné vers ce que voyait la personne. Un hasard ? Pas complètement, car pour que l’on s’amuse à créer l’illusion de transparence, il ne faut pas que l’on soit dans une situation où l’on pourrait croire que la transparence est “réelle”. Or, dans le cas des gestuelles des pubs SFR, on est justement dans cette situation (Cf. mon propos sur la “tricherie” de la gestuelle dans ces images). Et justement, l’effet que cherchent à créer les images SFR est celui d’une superposition décalée, qui explicitement ne se prend pas pour une transparence (on ne peut pas croire que le personnage dans le bus soit un extra-terrestre…), même si elle joue sur l’idée de transparence derrière la notion de superposition (… mais on se laisse surprendre ou on s’amuse à le penser !). Alors que les images ci-dessus, elles, jouent explicitement sur l’illusion de transparence (on se demande longtemps ce qu’on voit) au-delà même de ce qui normalement devrait faire écran à la réalité, être un écran à la réalité ! Mais si le trouble persiste, c’est justement que les tablettes sont des appareils qui peuvent remplir les deux fonctions : visée ou visionnage, transparence ou écran. Elles jouent donc sur cette ambiguïté pour qu’on se demande ici à laquelle on a affaire.

Concrètement, comment produisent-elles ce résultat ? Dans ces exemples, l’écran reproduit la vue de ce qu’il cache, ou presque… à quelques détails près, car c’est souvent une image différente (avec un léger ou moins léger changement par rapport à ce que révélerait la vue par transparence de l’appareil). Et c’est ce changement, qui se veut presque toujours assez évident, qui rend l’image si évidemment compréhensible, intéressante, drôle, émouvante ou surprenante.

Advertisements

Une réflexion sur “Des écrans qui jouent à être transparents

  1. Pingback: Quand les designers du digital rêvent de transparence | Paysages numériques...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s