Activity stream : Quels filtres peuvent être utiles aux utilisateurs pour gérer leurs flux d’activités ?

Hérité des médias sociaux grand public, l’activity stream, ou mur d’activités, est devenu l’une des fonctionnalités clés des réseaux sociaux d’entreprise. Grâce à cette fonctionnalité, chaque employé est tenu informé en temps réel de “toutes” les activités qui le concernent. Ou plus exactement, de toutes celles qui remontent via la plateforme. Cela peut donc concerner aussi bien les activités internes à la plateforme que celles en provenance de services auxquels la plateforme est connectée, soit par l’administrateur soit par l’utilisateur lui-même (Ex. : flux RSS en provenance du web ou flux d’applications métiers internes).

Dans certains cas, le flux d’activités peut cependant être très actif et l’utilisateur peut vite se sentir submergé par les messages et les notifications. C’est là où les fonctionnalités de filtre et de management du flux ont tout leur intérêt.

Filtres implicites et explicites

Une première distinction doit être faite entre les filtres gérées par la plateforme elle-même, donc de manière implicite pour l’utilisateur, et ceux que peut gérer explicitement l’utilisateur. Certaines plateformes sociales disposent en effet d’un algorithme qui sélectionne d’emblée et par défaut les activités remontant dans le newsfeed des utilisateurs. Des critères tels que « les activités des groupes les plus actifs » ou « des plus grandes communautés » peuvent par exemple être utilisés. Ce principe de filtres implicites évite justement un trop grand afflux d’activités. Mais il doit avoir comme corollaire la capacité pour l’utilisateur de pouvoir à sa demande et à tout moment afficher toutes les activités d’une communauté ou de toutes les communautés, etc. De l’autre côté, la plupart des plateformes sociales proposent aux utilisateurs des filtres permettant d’afficher uniquement les activités relatives à tel critère donné. Ce sont ces filtres que nous allons détailler; filtres qui peuvent évidemment être utilisés aussi dans les filtres implicites, mais qui nous intéressent moins dans la mesure où ils ne sont pas manipulables par les utilisateurs.

Six principaux types de filtres des flux d’informations

Selon moi, les filtres activables sur un activity stream ou sur une plateforme devraient, a minima, permettre aux utilisateurs de sélectionner et trier 6 grands types d’informations :

  • Les activités publiques de la plateforme, celles qui sont destinées à tout le monde dans l’entreprise. Cette catégorie comporte évidemment beaucoup de bruit et représente les messages et notifications les moins liées aux tâches opérationnelles concrètes des utilisateurs. Il doit pouvoir être facile pour l’utilisateur de masquer ou de faire apparaître ces messages d’un simple clic lorsqu’il le souhaite.
  • Les activités des groupes et communautés auxquels l’utilisateur a accès. Cette catégorie s’appuie sur l’une des fonctionnalités clés de la plupart des applications de réseau social, à savoir la gestion de communautés et espaces de travail. Elle est beaucoup plus pertinente que la précédente pour le travail quotidien de l’utilisateur. Ce dernier doit cependant là aussi pouvoir choisir de masquer ou d’afficher d’un simple clic lorsqu’il le souhaite les activités de chacun des groupes et communautés qui le concernent.
  • Les activités des individus, documents, espaces, etc. que l’utilisateur a choisi spécifiquement de suivre via un abonnement ou une fonctionnalité de type “I follow”. Dans ce cas, la gestion de l’affichage des activités par l’utilisateur va donc de soi puisque c’est lui qui a choisi ces flux.
  • Les activités de l’individu lui-même. Cette catégorie n’aide pas l’utilisateur à se tenir informé, mais plutôt à revenir sur ce qu’il a lui-même partagé.
  • Les messages qui sont adressés personnellement à l’utilisateur. Cette catégorie est celle qui ressemble le plus à la messagerie électronique classique. Elle conduit à se poser la question de l’arbitrage entre ces deux canaux : faut-il lire ses mails ou ses messages personnels dans l’activity stream ? ou notifier les messages de l’activity stream dans la messagerie ? Lequel deviendra le hub privilégié de l’utilisateur ?
  • Les notifications en provenance des applications métiers de l’utilisateur et qui le concernent.

Proposer des filtres sur chacun de ces types d’informations permet à l’utilisateur de gérer finement et en toute souplesse l’information entrante. Mais ça n’est pas tout, car il existe des fonctionnalités de suivi encore plus personnalisées ou élaborées.

Suivre n’importe quel sujet d’intérêt via des tags

Certaines solutions permettent en effet de s’abonner à un tag, ce qui permet de faire remonter en temps réel tous les messages et notifications associées à ce tag. C’est le cas, si je ne me trompe pas (je compte sur vous pour me le dire), de Tibco Tibbr, VMWare SocialCast ou encre Cisco Webex Social. Pour qu’elle soit pleinement pertinente, cette solution nécessite toutefois qu’on mette en place une gestion fine de ces tags. S’il s’agit de suivre les tags spontanés des utilisateurs, il risque d’y avoir à la fois beaucoup de bruit et beaucoup de lacunes dans les flux générés. Je trouve par contre beaucoup plus pertinent de gérer de manière collective des tags sur le modèle des hashtags de Twitter. On peut ainsi rendre public un tag lié à un événement ou un sujet qui justifie à la fois une production de messages d’un côté et une attention-intérêt-audience de l’autre. On sait ainsi explicitement pourquoi on suit un tag.

Un suivi à la demande, fin et souple, pour apporter de la pertinence

Ce canal peut être temporaire. Cela risque même d’être le plus souvent ainsi. Ce qui répond certainement au besoin de finesse et de souplesse dans le suivi dont je parlais tout à l’heure. Et si l’exemple des événements suivis via Twitter nous laisse d’abord imaginer des usages en marge de l’activité business quotidienne des employés (événements internes, etc.), je pense qu’on peut aussi très bien imaginer tous les usages que l’on peut en faire dans le cadre de l’activité professionnelle quotidienne. N’est-on pas effectivement fréquemment concentré sur un événement, un sujet, une tâche qui change en permanence ? Ces sujets peuvent être très ponctuels pour nous, mais pérennes pour l’entreprise. L’idée serait alors ici de pouvoir se concentrer sur une source d’information quelconque uniquement pendant le temps pendant lequel c’est nécessaire, pour ensuite pouvoir passer à une autre source d’information. Ces sources peuvent être pérennes ou ponctuelles, et gérées de manière décentralisées, mais avec une dimension publique avérée : elles sont mises au service de l’ensemble des employés de l’entreprise ou d’un groupe donné dans l’entreprise.

La solution de réseau social Tibco Tibbr permet ce mode de fonctionnement. Les tags sont ici appelés “Sujets” et disposent d’un mode de gestion spécifique. Ils peuvent être créés et gérés en tant que “Sujets”. Les utilisateurs peuvent les suivre ou s’en désabonner au besoin.

La gestion des "Sujets" dans Tibco Tibbr

La gestion des « Sujets » dans Tibco Tibbr

A partir de ces fonctionnalités gérées par les utilisateurs, certaines plateformes apportent un surcroît d’intérêt au dispositif en proposant aux utilisateurs des recommandations de tags ou de “Sujets” sur la base des tags et des “Sujets” déjà suivis par l’utilisateur. C’est là un mécanisme de personnalisation qui accroît la pertinence et l’intérêt de la fonctionnalité.

Créer et suivre des flux d’activité sur mesure et à la volée

Comme je l’avais évoqué dans un précédent article, Tibco devrait prochainement proposer une fonctionnalité encore plus élaborée de génération et de suivi de tags géolocalisés. Le principe est simple : des flux d’informations seront associés à des lieux via des “tags géolocalisés”. Il deviendra possible pour une personne qui se déplace fréquemment, de se connecter aux flux des lieux où elle se trouve au moment où elle s’y trouve, et de s’en déconnecter lorsqu’elle se trouve ailleurs. La pertinence est contextuelle. Elle est extrêmement efficace.

Au-delà d’un usage interne, on imagine également assez bien comment ces flux d’informations pourraient être proposés par les entreprises à leurs clients ou par les organisations à leurs utilisateurs. Ce sera l’objet d’un prochain article.

Publicités

Une réflexion sur “Activity stream : Quels filtres peuvent être utiles aux utilisateurs pour gérer leurs flux d’activités ?

  1. Pingback: Vers une information toujours plus contextuelle « Christophe Gazeau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s